La Commission européenne, a revu, mercredi, à la hausse ses prévisions de croissance économique de la zone euro pour 2021 et 2022 grâce à l’accélération de la vaccination contre le coronavirus et au relâchement des mesures de confinement.

La croissance du Produit intérieur brut (PIB) de la zone euro devrait ainsi s’établir à 4,3% en 2021, selon les prévisions économiques du printemps de la Commission européenne qui tablait auparavant sur une croissance de 3,8%.

En 2022, le PIB de la zone euro devrait connaitre une croissance de 4,4% contre 3,8% auparavant.

“Cela représente une nette amélioration des perspectives de croissance par rapport aux prévisions économiques de l’hiver 2021 que la Commission a présentées en février. Les taux de croissance continueront de varier d’un État membre de l’UE à l’autre, mais tous les États devraient voir leur économie revenir au niveau d’avant la crise d’ici à la fin de 2022”, commente la Commission européenne.

D’après l’exécutif européen, les économies de l’UE et de la zone euro devraient connaître un fort rebond au fur et à mesure que les taux de vaccination augmenteront et que les restrictions anti-Covid seront assouplies.

Cette croissance sera dopée, souligne-t-on, “par la consommation privée, l’investissement et une demande croissante d’exportations de l’UE liée au renforcement de l’économie mondiale”.

Les investissements publics devraient atteindre en 2022 leur niveau le plus élevé en proportion du PIB depuis plus de dix ans, sous l’impulsion du plan de relance de l’UE “Next Generation EU”, ajoute la Commission.

S’agissant de l’emploi, l’exécutif européen estime que les marchés du travail auront besoin de temps pour se rétablir complètement. Dans la zone euro, le taux de chômage devrait être de 8,4% en 2021 et 7,8% en 2022. Ces taux demeurent plus élevés qu’avant la crise, note la Commission.

Par ailleurs, le déficit public devrait augmenter cette année d’environ trois quarts de point de pourcentage dans la zone euro, à 8% du PIB. Tous les États membres, à l’exception du Danemark et du Luxembourg, devraient connaître un déficit supérieur à 3 % du PIB en 2021.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer