L’entrée en vigueur la Zone de Libre Échange Continentale Africaine (ZLECAF) le 1er janvier 2021 représente une réelle opportunité de développement continental pour les entreprises marocaines, a relevé le président de la commission Afrique à la Confédération générale des entreprises au Maroc (CGEM), Abdou Diop.

“Ce marché commun de 1,2 milliard de personnes avec un PIB global de 2.500 milliards de dollars (Md$) représente une réelle opportunité pour les entreprises marocaines souhaitant se développer sur le continent”, a précisé M. Diop, dans une interview accordée à la MAP.

Selon M.Diop, la ZLECAF permettra de pouvoir exporter sur un marché qui devient ainsi continental, de trouver des intrants de toutes les régions africaines pour les industries marocaines avec des droits de douane limités, et de construire des écosystèmes industriels complémentaires arrimés aux chaînes de valeur mondiales.

Afin de transformer ces perspectives favorables en réelles opportunités, les entreprises marocaines devront s’approprier les modèles qui sont le plus réussi sur le continent et qui se caractérisent par quelques fondamentaux à savoir notamment, une culture du partenariat local et du partage de savoir-faire, un positionnement dans les secteurs clés de développement, et une promotion des ressources humaines et talents locaux, a-t-il estimé.

“Grâce à la ZLECAF, un nouveau paradigme se crée sur le continent”, a fait observer le président, précisant qu’il s’agit de l’ouverture des marchés économiques, de la collaboration interafricaine, de la suppression des droits de douane de 90% sur une période de 5 à 15 ans (en fonction du niveau de développement du pays), et de la création de chaînes de valeur industrielles communes.

Le lancement officiel des échanges commerciaux sous ZLECAF a été décidé en décembre dernier par les Chefs d’Etat et de gouvernement des 54 pays membres de l’Union africaine, à l’occasion du Sommet extraordinaire tenue par visioconférence sur la Zone Continentale.

Bouton retour en haut de la page
Fermer