Les Philippines ont officiellement sollicité l’aide des Nations-Unies suite à l’irruption du volcan Taal, au sud de la capitale Manille, où les autorités redoutent une imminente éruption explosive, a indiqué le porte-parole du Secrétaire général de l’ONU.

“Le gouvernement des Philippines a officiellement demandé l’appui des Nations-Unies pour l’acquisition de masques faciaux”, a précisé Stéphane Dujarric, lors de son point de presse quotidien à New York.

Depuis le début de l’irruption volcanique dimanche, les habitants de la zone se sont rués vers les magasins pour acquérir des masques de protection après une mise en garde des autorités contre le risque de problèmes respiratoires en raison des poussières et des cendres.

“L’ONU est préoccupée par les avertissements émis par les autorités locales selon lesquels l’activité volcanique actuelle pourrait durer des jours, des mois, voire des années”, a dit le porte-parole.

Selon lui, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations-Unies (OCHA) ainsi que l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont des équipes sur le terrain près du volcan Taal, à quelque 70 kilomètres au sud de Manille.

Plus de 350 tremblements de terre volcaniques ont été enregistrés lundi près du volcan, alors que plus de 38.000 personnes ont été relocalisées jusqu’à présent dans plus de 200 centres d’évacuation.

Les équipes de l’ONU visitent les centres d’évacuation et soutiennent les autorités en examinant leurs besoins, a ajouté M. Dujarric.

L’éruption volcanique, qui a débuté dimanche par une explosion de vapeur d’eau sous pression, a été accompagnée d’une série de séismes. Les écoles, les bureaux du gouvernement et la Bourse des Philippines sont restés fermés lundi par mesure de précaution.

En janvier 2018, des dizaines de milliers de personnes avaient dû être évacuées en raison d’une éruption du Mont Mayon, dans la région centrale de Bicol.

La plus puissante éruption au cours des dernières décennies a été celle de 1991 du Mont Pinatubo, au nord-ouest de Manille, qui a fait plus de 800 morts.

Bouton retour en haut de la page
Fermer