Visa For Music a annoncé dans un communiqué mercredi le maintien de son édition 2020, relevant que l’événement se déroulera du 18 au 21 novembre prochain.

Cette année, malgré la pandémie de la Covid-19, Visa for Music “maintient son engagement et revient le temps d’une édition +déconfinée+”, indiquent les organisateurs.

L’organisation de l’événement sera adaptée au contexte actuel, avec diffusion digitale de concerts et un programme de conférences, de formations et d’ateliers dans le strict respect des mesures sanitaires, précise la même source, ajoutant que les circonstances ne permettront pas la tenue de concerts en live, mais le festival sera l’occasion d’enregistrer des capsules vidéo pour une vingtaine de groupes marocains et résidents au Maroc.

“La crise que le monde entier traverse aujourd’hui oblige les artistes et les acteurs de la culture, dont nous faisons partie, à se réinventer et à trouver des nouveaux modes de travail, des nouveaux moyens de subsistance et de nouvelles façons d’être en lien avec le public, constituant de véritables changements de paradigme”, poursuit le communiqué, notant que Visa For Music souhaite continuer à participer à la structuration et la professionnalisation de la filière musicale, au développement des industries culturelles et créatives et à la création de valeur pour les artistes.

Il s’agit ainsi d’une édition adaptée au contexte actuel et maintenue dans la résilience, “l’édition déconfinée”, dans le strict respect des mesures de prévention et qui sera dédiée principalement aux artistes et professionnels marocains ou résidents au Maroc, relève le communiqué.

Suite à l’appel à candidature lancé en février dernier, les artistes nationaux sélectionnés seront pris en charge à Rabat pour bénéficier d’un enregistrement de capsules vidéo réalisées par Visa For Music, toujours dans le souci de favoriser et promouvoir le rayonnement et le développement des artistes marocains, d’autant plus nécessaire dans le contexte actuel difficile pour le secteur de l’industrie culturelle, fait-on savoir.

“Tout en maintenant sa vocation de premier marché professionnel et festival des musiques du Maroc, d’Afrique et du Moyen-Orient, Visa For Music proposera trois journées de conférences pour débattre du rôle et du poids économique et social des industries culturelles et créatives, en présentiel pour les intervenants nationaux et quelques internationaux, avec une transmission digitale afin de permettre aux intervenants internationaux de participer également”, lit-on dans le document.

Par ailleurs, Visa For Music poursuivra sa mission auprès des jeunes professionnels, opérateurs culturels, et artistes marocains ou résidents au Maroc en proposant des formations et des ateliers (sur inscription, avec nombre strictement limité de présents) leur permettant de développer et de renforcer leurs capacités professionnelles et de faciliter ainsi leur insertion professionnelle, ou encore de les encourager sur la voie de l’entreprenariat dans le secteur de la culture.

“Visa For Music accorde une importance particulière à respecter la parité, dans le choix des artistes, tant émergents que confirmés, et des intervenants ainsi qu’un équilibre territorial et des esthétiques musicales, en choisissant des artistes originaires de diverses régions du Maroc telles que Rabat, Skhirat, Témara, Casablanca, Oujda, Chefchaouen, Safi, Essaouira, Azilal, Kelaât Mgnouna, Boumalne Dades, Fnidq, Guelmim ou encore Agadir”, fait valoir le communiqué.

“En plus de l’organisation et la production de Visa For Music, Anya, structure culturelle indépendante, propose différentes activités dans le secteur de la musique. À travers ses actions, Anya participe fortement au développement d’une industrie culturelle forte et durable pour le bénéfice des artistes et de la société dans son ensemble”, conclut la source.

Bouton retour en haut de la page
Fermer