L’Agence européenne des médicaments (EMA) s’est réunie mercredi, pour la deuxième fois cette semaine, afin de prendre une décision au sujet de l’autorisation du vaccin Moderna contre le coronavirus, alors que la lenteur du processus de vaccination dans les pays de l’UE est de plus en plus critiquée.

L’approbation d’un deuxième vaccin, après celui de Pfizer-BioNTech qui avait eu le feu vert du régulateur européen en décembre, donnerait une impulsion aux campagnes de vaccination dans l’UE, qui est loin derrière les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou Israël.

L’EMA, basée à Amsterdam, avait tenu une première réunion lundi, sans parvenir à une décision.

“La réunion du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) pour débattre du vaccin Moderna contre le Covid-19 a commencé. Nous communiquerons le résultat”, a annoncé l’EMA sur Twitter mercredi.

L’agence avait indiqué mardi que ses experts “travaillent dur pour clarifier toutes les questions en suspens avec l’entreprise” qui produit le vaccin.

Le président du Conseil de l’UE Charles Michel avait déclaré mardi que le vaccin Moderna pourrait être autorisé “dans les prochaines heures” et annoncé la tenue avant la fin janvier d’un nouveau sommet virtuel consacré à la crise sanitaire.

Lors d’une conférence de presse à Lisbonne marquant le début de la présidence tournante assurée par le Portugal depuis le 1er janvier, il a évoqué le “défi gigantesque” posé par le déploiement de ces vaccins pour une population de quelque 450 millions de personnes.

“La Commission, avec le soutien des Etats membres, travaille jour et nuit pour garantir que l’on puisse augmenter le nombre de vaccins disponibles” tout en veillant à “respecter l’indépendance de l’agence du médicament”, a-t-il dit.

Sous pression des pays européens pour autoriser le vaccin Moderna dès que possible, l’EMA avait avancé du 12 janvier à mercredi, puis de mercredi à lundi, une réunion du CHMP.

L’EMA a autorisé le 21 décembre le vaccin contre le Covid-19 Pfizer/BioNTech, pour lequel la Commission européenne a aussitôt donné son feu vert et qui reste à ce jour le seul vaccin autorisé en Europe, où les campagnes de vaccination ont commencé le 27 décembre.

Le vaccin Moderna se prend en deux doses, à quelques semaines d’intervalle, comme le vaccin Pfizer/BioNTech. Mais la formule de Moderna peut être conservée à -20°C, et non -70°C comme pour le remède de Pfizer, qui a forcé le groupe à développer des containers spécifiques pour le transport.

Bouton retour en haut de la page
Fermer