L’UNICEF s’est dit, mardi, profondément préoccupée par la situation de milliers d’enfants menacés par la violence dans la province de l’Ituri, à l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

Les conditions de vie de milliers d’enfants en Ituri se sont détériorées depuis l’intensification de la violence au début de l’année, souligne un communiqué de l’agence onusienne.

Les attaques des milices dans les zones d’habitation ont fait des centaines de morts et des enfants ont été mutilés, tués ou recrutés par des groupes armés, selon l’UNICEF, estimant que plus de 1,6 million de personnes, dont la majorité sont des femmes et des enfants, sont déplacées à l’intérieur du pays.

D’après l’agence onusienne, 91 enfants ont été tués, 27 ont été mutilés et 13 ont été victimes de violences sexuelles entre janvier et juin 2020, tandis que près de 18 établissements de santé ont été pillés ou détruits, relevant que les attaques contre plus de 60 écoles ont laissé environ 45.000 enfants en dehors des salles de classe.

Et d’expliquer que la province de l’Ituri compte actuellement 2,4 millions de personnes en besoin urgent d’aide humanitaire, notant que l’UNICEF et ses partenaires ont aidé plus de 100.000 personnes – dont 87.000 enfants – en termes de soins de santé et de nutrition, de protection, d’éducation, d’eau et d’assainissement.

L’UNICEF alerte sur le fait que l’insécurité dans la province de l’Ituri continue de fragiliser les efforts humanitaires, au moment où l’insuffisance des fonds limite la portée des activités sur le terrain.

A cet égard, l’agence rappelle que l’appel de l’UNICEF pour l’action humanitaire en faveur des enfants en RDC est de 318 millions de dollars US, mais il présente un déficit de financement de 235 millions de dollars US (74%).

Bouton retour en haut de la page
Fermer