Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Norvège, qui forment la “Troïka” occidentale, se sont dits “profondément préoccupés” par la recrudescence de la violence à travers le Soudan du Sud.

“À Jonglei, le vide créé par le manque de gouvernance a exacerbé les cycles de violence intercommunautaire. En Équatoria-Central, le cessez-le-feu signé en janvier entre le gouvernement et les groupes non signataires s’est effondré et nous avons assisté à de violents combats entre les forces ces dernières semaines”, ont regretté les trois pays dans un communiqué conjoint.

“Cela cause d’immenses souffrances au peuple du Soudan du Sud, met en péril tous les acquis et a des implications dans toute la région”, ont-ils souligné, affirmant être “préoccupés par l’impact des combats sur l’accès humanitaire”.

La Troïka exhorte ainsi “le président et les vice-présidents, soutenus par l’Autorité intergouvernementale pour le développement et les garants de l’accord de paix, de s’entendre sur la sélection des gouverneurs et d’aller de l’avant pour gouverner ensemble au profit du peuple du Soudan du Sud.”

“Tout retard supplémentaire crée une incertitude qui sape le processus de transition, ralentit la lutte contre COVID-19 et entrave les efforts visant à mettre fin à la violence qui menace désormais la paix durement gagnée”, préviennent-ils.

Bouton retour en haut de la page
Fermer