Un total de 288.419 ménages ont bénéficié du programme national “Villes sans bidonvilles” jusqu’à fin septembre dernier, a indiqué mardi à Rabat la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Nouzha Bouchareb.

En réponse à une question orale sur “l’évaluation du programme +Villes sans bidonvilles+” présentée par le groupe socialiste à la Chambre des conseillers, Mme Bouchareb a précisé que 39.245 familles attendent d’être relogées, soulignant que les efforts consentis en la matière ont permis au programme d’atteindre ses objectifs grâce à la mobilisation du foncier pour une série de projets de logement selon une approche intégrée au bénéfice particulièrement des catégories à faibles revenus.

Elle a à cet égard précisé que le ministère a adopté une approche visant à doter les quartiers résidentiels d’infrastructures de base que sont l’eau potable, l’électricité et le réseau d’assainissement ainsi que d’équipements socio-économiques comme les espaces verts.

Après avoir rappelé que le programme “Villes sans bidonvilles” qui a ciblé 85 villes a pu atteindre ses objectifs dans 59 villes, la responsable a relevé qu’en dépit des efforts déployés, il existe des problèmes et des dysfonctionnements qui entravent sa mise en œuvre en termes notamment de hausse du nombre des ménages, de refus de certaines familles d’y adhérer et la pénurie du foncier.

Selon Mme Bouchareb, le programme gouvernemental destiné à l’amélioration des conditions de 50% des familles habitant les bidonvilles, soit 60.000 ménages, quelque 62% des cas ont été traités à ce jour, soit un total de 37.419 ménages.

Bouton retour en haut de la page
Fermer