Le versement de l’indemnité forfaitaire au titre du mois de mai au profit des salariés en arrêt de travail à cause de la COVID-19 a démarré mardi, a annoncé le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani.

En réponse à une question centrale lors de la séance mensuelle des questions de politique générale, tenue mardi à la Chambre des conseillers, M. El Otmani a affirmé que le dépôt des déclarations des entreprises affectées par cette pandémie au titre du mois de juin peut se faire à partir de ce mardi, également.

Il en est de même pour les demandes de bénéficier de l’ajournement du paiement des cotisations auprès de la Caisse nationale de sécurité sociale, a-t-il précisé, relevant que d’autres catégories seront incessamment déclarées éligibles pour bénéficier de la 3ème tranche d’indemnités forfaitaires.

En outre, M. El Otmani a souligné que dans le cadre de l’allègement des répercussions sociales de la pandémie de la Covid-19, le gouvernement a pris un ensemble de mesures visant à soutenir les salariés en arrêt temporaire de travail et à garantir un revenu minimum au profit des ménages exerçant des professions libérales, des artisans et des travailleurs du secteur informel, dont les revenus ont été affectés, voire arrêtés en raison de la baisse de l’activité économique.

La gravité de la crise actuelle a donné raison à l’intérêt accordé par le gouvernement à l’aspect social, a relevé M. El Otmani, affirmant qu’il s’agit d’une priorité du programme gouvernemental, considérant que l’investissement en capital humain représente le pilier du développement, de la croissance et de la stabilité.

A cet effet, il réitère l’engagement du gouvernement dans la réforme du système national d’éducation et de formation, en tant que levier essentiel pour la valorisation du capital humain et d’intégration dans la dynamique du développement économique et social par le biais de différents programmes.

Concernant le secteur de la santé, le chef du gouvernement a affirmé qu’en plus de la vigilance et la surveillance épidémiologiques mises en place pour contrer la pandémie du nouveau coronavirus, les efforts du gouvernement se concentreront davantage, au cours de la prochaine période, sur l’amélioration de la bonne gouvernance du secteur, de même que le développement des services de santé à travers diverses interventions, dont certaines figurent dans le Plan santé 2025.

Abordant la réforme du système de protection sociale, M. El Otmani a indiqué que le gouvernement veillera à la mise en œuvre de la politique publique intégrée pour la protection sociale 2020-2030, mettant en exergue l’action déployée pour l’élargissement de la couverture sanitaire et du système de retraite au profit des travailleurs indépendants et des professionnels libéraux.

Dans ce sens, il a rappelé la mise en place de couvertures sanitaires au profit des huissiers de justice, guides touristiques et commerçants.

Le chef du gouvernement a, également, évoqué le projet de loi n° 72.18, relatif aux dispositifs de ciblage des bénéficiaires des programmes d’appui social et à la création de l’agence nationale des registres, soulignant que l’approbation parlementaire permettra de mettre en œuvre un registre social unifié et d’optimiser les mécanismes de soutien social.

M. El Otmani a mis en exergue la nécessité de poursuivre les réformes structurelles, qui incluront davantage la transformation numérique, ainsi que de mettre en oeuvre la Stratégie nationale de lutte contre la corruption, notant que concernant la réforme de l’administration publique, l’axe portant que la déconcentration administrative est stade avancé.

En ce qui concerne la transformation numérique, le chef du gouvernement a abordé le projet de loi relatif à la numérisation de l’administration marocaine, qui sera bientôt soumis à l’institution législative, soulignant le rôle primordial de ce projet dans la promotion de l’administration numérique.

Concernant la réforme du Code du travail, il s’agit selon M. El Otmani d’un engagement gouvernemental, rappelant l’accord social signé le 25 avril, entre le gouvernement, les syndicats représentatifs des salariés et la Confédération générale des entreprises du Maroc.

Enfin, s’agissant du projet de loi organique n°97.15 définissant les conditions et les modalités d’exercice du droit de grève, M. El Otmani a mis en avant les consultations avec les différentes parties prenantes afin d’éclaircir davantage la vision sur ce sujet, soulignant l’importance du projet de loi sur les syndicats, soumis aux centrales syndicales.

Bouton retour en haut de la page
Fermer