La Colombie est en état d’alerte “maximum” en raison des exercices militaires prévus à partir de mardi par le Venezuela à la frontière commune, a annoncé un haut responsable colombien.

S’exprimant à ce sujet, le conseiller présidentiel pour les droits de l’Homme et les affaires internationales du pays sud-américain, Francisco Barbosa, a déclaré à la presse que Bogotá suit avec une “grande attention” ces exercices organisés sur ordre du chef du régime chaviste, Nicolas Maduro, ajoutant que face à cette situation, les autorités ont décrété l'”état d’alerte maximum”.

La semaine dernière, Nicolas Maduro avait ordonné la tenue d’exercices militaires à la frontière avec la Colombie entre les 10 et 28 septembre pour “mettre en condition le système armé et tout le déploiement opérationnel”.

Maduro fait de telles annonces “chaque fois qu’il a besoin d’oxygène interne”, a ajouté le responsable colombien, précisant que son gouvernement ne “va pas entrer en hystérie” mais “surveille attentivement” la situation.

Soulignant l’”engagement” des forces armées colombiennes vis-à-vis du pays, M. Barbosa a ajouté que la Colombie “résout tous les désaccords et les problèmes diplomatiques dans le cadre de la diplomatie et du multilatéralisme”.

Le président colombien, Ivan Duque, avait déclaré, jeudi dernier, que son pays n’envisage aucune intervention militaire au Venezuela suite à la recrudescence de la tension entre les deux pays dont les relations sont rompues depuis le 23 février dernier.

“La Colombie n’agresse personne. C’est un pays qui respecte toujours la territorialité des autres nations”, a déclaré M. Duque à des médias à Barranquilla (nord).

Plus tôt, le ministre colombien des Relations extérieures, Carlos Holmes Trujillo, avait prévenu que les autorités de son pays étaient “prêtes à garantir la souveraineté et la tranquillité des Colombiens” face aux menaces du régime vénézuélien.

Les relations entre la Colombie et le Venezuela se sont nettement détériorées depuis janvier dernier après la reconnaissance par Bogotá du président de l’Assemblée nationale vénézuélienne, l’opposant Juan Guaido, en tant que président par intérim légitime du pays caribéen.

Bouton retour en haut de la page
Fermer