Le Département du Trésor américain a annoncé, lundi, des sanctions contre sept responsables du régime de Nicolas Maduro, accusés d’ actes portant atteinte à la démocratie.

Ces responsables actuels ou anciens ont mené “une tentative infructueuse de prendre illégalement le contrôle de l’Assemblée nationale et de bloquer le président par intérim Juan Guaidó et d’autres députés de participer à une élection constitutionnellement requise des dirigeants de l’Assemblée nationale”, précise le Trésor américain dans un communiqué.

Il s’agit selon la même source, de Luis Eduardo Parra Rivero, Jose Gregorio Noriega Figueroa, Franklyn Leonardo Duarte, Jose Dionisio Brito Rodriguez, Conrado Antonio Perez Linares, Adolfo Ramon Superlano, et Negal Manuel Morales Llovera.

“Le Trésor a désigné sept fonctionnaires corrompus de l’Assemblée nationale qui, à la demande de Maduro, ont tenté de bloquer le processus démocratique au Venezuela”, a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

“Ces fonctionnaires et d’autres responsables désignés peuvent voir leurs sanctions levées s’ils se rangent du côté du peuple du Venezuela et de Juan Guaidó comme leur chef légitime”, a-t-il ajouté.

Le 5 janvier, les forces de sécurité contrôlées par Maduro ont empêché Guaidó et une centaine de délégués de l’opposition à l’Assemblée nationale d’entrer au Palais législatif fédéral. Un petit groupe de délégués de l’Assemblée nationale alignés sur Maduro a tenté d’entraver le processus prévu par la Constitution en tenant une élection frauduleuse sans quorum.

Ces désignations se concentrent sur sept membres de l’Assemblée nationale alignés sur Maduro qui ont pris des mesures pour saper le processus électoral à l’Assemblée nationale. Le groupe est dirigé par Luis Eduardo Parra Rivero, qui continue d’entraver les travaux de l’Assemblée nationale, indique le communiqué.

En outre, ils ont soutenu un vote illégitime sans quorum tandis que les forces de sécurité fidèles à Maduro ont physiquement empêché la majorité des députés à l’Assemblée nationale, y compris Guaidó et les délégués de l’opposition, d’entrer dans le bâtiment pour le vote, ajoute la même source, rappelant que Parra, tout comme Adolfo Superlano, Conrado Perez et Jose Brito, font déjà l’objet d’une enquête pour corruption sous la direction du président par intérim Juan Guaidó.

Bouton retour en haut de la page
Fermer