Plus les mois passent, plus les compteurs de ventes s’affolent pour Pfizer. Le laboratoire prévoit d’écouler cette année pour 33,5 milliards de dollars de vaccins contre le Covid-19 développés en partenariat avec l’allemand BioNTech.

C’est bien plus que les 26 milliards de dollars sur lesquels le groupe avait dit tabler en mai, et encore plus que les 15 milliards de dollars estimés en février.

A titre de comparaison, le laboratoire Moderna, qui a lui aussi développé un vaccin contre le coronavirus, tablait en mai sur des ventes annuelles de 19,2 milliards de dollars.

Le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson anticipe quant à lui 2,5 milliards de dollars de revenus issus de son sérum cette année.

Outre le succès éclatant de l’alliance entre Pfizer et BioNTech, le laboratoire ne vend à prix coûtant qu’aux pays pauvres, alors que ses concurrents Johnson & Johnson comme AstraZeneca se sont engagés à le faire pour tous leurs clients le temps de la pandémie.

“La rapidité et l’efficacité de nos efforts avec BioNTech pour aider à vacciner le monde contre le Covid-19 est sans précédent, avec désormais plus d’un milliard de doses délivrées à l’échelle de la planète”, a réagi mercredi le PDG du groupe, Albert Bourla, cité dans le communiqué de résultats financiers du deuxième trimestre.

Grâce aux campagnes de vaccination qui se mettent en place un peu partout dans le monde, le groupe multiplie les contrats, pour 2,1 milliards de doses au total.

L’un des derniers en date est la commande vendredi de 200 millions de doses supplémentaires par les Etats-Unis, portant leurs achats pour le marché intérieur américain à 500 millions.

Les ventes pourraient encore croître car Pfizer/BioNTech préconise une troisième dose de son vaccin pour le rendre plus efficace, au moment où le variant Delta provoque des flambées épidémiques en Asie et en Afrique et fait remonter le nombre de cas en Europe et aux Etats-Unis.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer