Le produit intérieur brut des États-Unis a progressé à un taux annuel modéré de 2% entre avril et juin, en baisse par rapport à un gain de 3,1% au premier trimestre, a annoncé le département du Commerce.

Ce chiffre est inférieur aux estimations initiales du gouvernement il y a un mois, qui prévoyaient une croissance annuelle de 2,1%.

En dépit de ce ralentissement, les dépenses de consommation, qui génèrent environ 70% de la croissance, se sont accélérées au deuxième trimestre au rythme le plus rapide des cinq dernières années.

La progression des dépenses de consommation a ainsi été révisée à la hausse à 4,7%, son meilleur score en presque cinq ans.

Les achats de biens durables allant des voitures aux équipements électro-ménagers ont augmenté de 8,8%, du jamais vu depuis plus de quinze ans.

Dans le même temps, l’investissement des entreprises, qui s’est affaibli à cause des guerres commerciales de Trump, a été revu à la baisse de -0,6%.

Les exportations américaines ont chuté plus fortement que précédemment (-5,8%), coûtant 0,7 point de croissance au PIB. Il s’agit de la plus mauvaise performance depuis le 3e trimestre 2018 lorsque l’administration Trump a entamé sa guerre commerciale.

Pour ce qui est des importations, elles ont quasiment stagné (+0,1%).

Pour l’ensemble de 2019, les économistes estiment que le PIB ralentirait autour de 2,2%, puis tomberait sous la barre des 2% en 2020, du fait du ralentissement mondial et des incertitudes générées par l’escalade de la guerre commerciale entre Trump et la Chine.

Bouton retour en haut de la page
Fermer