Le ministère américain de la Justice compte intenter mardi une action en justice antitrust alléguant que le géant de l’internet Google s’est engagé dans un comportement anticoncurrentiel pour préserver les monopoles dans les recherches et la publicité en ligne, qui constituent les pierres angulaires de son vaste conglomérat.

Selon la presse locale, cette affaire marquera l’action judiciaire américaine la plus agressive contre la domination d’une entreprise dans le secteur de la technologie depuis plus de deux décennies, avec le potentiel de secouer la Silicon Valley et au-delà.

Google a fait l’objet d’un examen minutieux au cours de la dernière décennie alors qu’il gagnait en notoriété, mais a évité jusqu’à présent une confrontation directe avec les autorités américaines.

Le ministère US de la Justice soutiendra que Google maintient son statut de “gardien” de l’Internet grâce à un réseau illégal d’accords commerciaux exclusifs et interdépendants qui excluent les concurrents, selon la même source.

Le gouvernement américain soulignera aussi dans sa plainte que Google utilise des milliards de dollars collectés à partir des publicités sur sa plate-forme pour payer les fabricants de téléphones mobiles, les opérateurs et les navigateurs, comme Safari de Apple, afin de maintenir Google comme moteur de recherche prédéfini par défaut sur ces appareils.

Ceci a comme résultat que Google occupe la première place en termes de recherches lancées sur des centaines de millions d’appareils aux Etats-Unis, laissant peu de chance à un concurrent pour faire une quelconque percée, soutiendra le département de la justice dans sa plainte antitrust contre le géant américain de l’internet.

Les responsables du ministère ont déclaré que le procès visera également des arrangements dans lesquels l’application de recherche de Google est installée d’avance et ne peut pas être supprimée sur les téléphones mobiles exécutant son système d’exploitation populaire Android.

La plainte soulignera que Google interdit illégalement aux applications de recherche concurrentes d’être pré-installées sur les téléphones dans le cadre d’accords de partage des revenus.

Bouton retour en haut de la page
Fermer