Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a déclaré ne pas soutenir l’invocation d’une loi qui permettrait de déployer l’armée pour rétablir l’ordre face aux manifestations d’ampleur pour dénoncer la mort de George Floyd.

“Je ne soutiens pas l’invocation de la Loi sur l’insurrection”, a déclaré Esper dans ses premiers commentaires publics depuis le début des manifestations, faisant référence à un statut selon lequel le président américain pourrait invoquer le déploiement de troupes en service actif pour répondre aux manifestations.

Ces mesures “ne devraient être utilisées qu’en dernier ressort et uniquement dans les situations les plus urgentes et les plus graves”, a-t-il expliqué.

Cette loi, qui date de 1807, a été invoquée pour la dernière fois en 1992 pour réprimer les manifestations violentes à Los Angeles après le procès de Rodney King.

Esper a également condamné le meurtre de Floyd, le qualifiant de “crime horrible” et a demandé que les officiers de police impliqués soient “tenus responsables de son meurtre”.

“C’est une tragédie que nous avons vue se répéter trop de fois”, a-t-il dit.

Le Chef du Pentagone, qui a été la cible de nombreuses critiques pour sa participation à une photo du président Donald Trump devant l’église de Saint John, près de la Maison Blanche, a également nié avoir eu connaissance du plan des autorités pour déloger par la force les manifestants de Lafayette Square lundi soir.

“Je ne savais pas où j’allais”, s’est-il défendu sur MSNBC mardi soir. “Je pensais que j’allais faire deux choses: constater les dégâts et parler aux troupes”.

M.Esper a également indiqué qu’une enquête avait été ouverte après qu’un hélicoptère de l’armée eut été aperçu en train de voler à basse altitude dans la capitale fédérale, vraisemblablement pour disperser les manifestants.

Bouton retour en haut de la page
Fermer