Quelque 3,8 millions Américains se sont inscrits au chômage lors de la semaine dernière, a annoncé jeudi le ministère du Travail.

Alors que le rythme de dépôt des demandes de chômage a ralenti depuis son pic fin mars, le nombre de travailleurs qui ont perdu leur emploi au cours des dernières semaines a dépassé 30 millions dans la foulée des licenciements et des fermetures d’entreprise dans le cadre des mesures drastiques de confinement décidées pour enrayer la propagation du coronavirus.

Au premier trimestre de l’année en cours, le PIB américain a chuté de 4,8%, mettant un terme brutal à une décennie de croissance de la première économie mondiale.

Il s’agit de la pire contraction trimestrielle depuis 2008, lorsque le pays était en profonde récession à cause de la crise financière.

Les experts préviennent que la situation risque de s’aggraver davantage au deuxième trimestre alors que l’impact de la crise sanitaire inédite se fait sentir encore plus sur de larges pans de l’économie.

Jusqu’à présent, plus d’un million d’Américains ont été infectés par le coronavirus et au moins 60.000 sont morts à cause du COVID-19.

Nombre d’économistes s’attendent à ce que les données économiques du second trimestre, qui permettront de mieux saisir l’impact du confinement, révèlent une contraction du PIB à un taux annuel de 30% ou plus.

Pour relancer l’économie, des programmes d’aide d’urgence de plus de 2,7 billions de dollars ont été ordonnés sous forme de chèques directs aux Américains et de prêts non remboursables aux petites entreprises afin notamment de les aider à continuer à payer leurs employés. Il s’agit du plus grand effort de secours d’urgence de l’histoire américaine moderne.

De plus en plus d’Etats à travers le pays commencent à lever progressivement les mesures de confinement pour relancer la machine économique et stimuler l’emploi.

Bouton retour en haut de la page
Fermer