L’Université Chouaïb Doukkal (UCD) d’El Jadida a dévoilé, mercredi 13 novembre, son projet de développement, dont la trame de fond consiste à hisser l’établissement au diapason des transformations à venir tant au plan national que local.

Au cours d’une conférence de presse, le président de l’université, Yahya Boughaleb, a développé les 4 leviers stratégiques de cet ambitieux projet, à savoir la pluridisciplinarité d’une offre de formation attractive et adaptée au monde du travail, l’encouragement de la recherche de pointe comme locomotive et de l’innovation, un partenariat dynamique et mutuellement bénéfique avec les acteurs socio-économiques et, enfin, une gouvernance moderne, participative dans la prise de décision et anticipative des évolutions.

Ce projet de développement, souligne t-il, reflète clairement la volonté de l’UCD de confirmer le rôle primordial qui lui revient comme institution dispensant et produisant le savoir et les compétences, pour accompagner le développement aussi bien des grands programmes nationaux structurants dans lesquels est engagé le Royaume, que les stratégies de développement de la Région Casablanca-Settat et du territoire de Doukkala.

Ce chantier pédagogique s’oriente vers plus de diversification et de professionnalisation de l’offre de formations visant son adéquation avec les besoins. Il intègre la vision nationale de la réforme du cycle licence, qui consiste à renforcer, en plus des compétences académiques, les compétences linguistiques et transversales des étudiants, à mettre en place des dispositifs d’orientation et d’accompagnement efficaces permettant d’améliorer les rendements internes et externes particulièrement dans les établissements à accès ouvert, a t-il ajouté.

Il comprend également des activités de recherche scientifique et d’innovation, centre de rayonnement de l’université. Ses actions consistent en la consolidation de pôles de recherches autour de thématiques porteuses regroupant des laboratoires performants, la fédération des structures des études doctorales dans le sens d’une meilleure harmonisation et pour plus d’efficacité d’accompagnement des doctorants et le développement de partenariats nationaux et internationaux. Ces actions visent toutes, à travers la mutualisation des moyens, une recherche d’excellence de niveau mondial et une formation par la recherche performante pour plus de visibilité et de présence sur la scène internationale, a-t-il dit.

Consciente du rôle que doit jouer l’Université en tant que locomotive du développement régional et national, la présidence a insisté dans ce projet sur l’interaction que doit avoir l’UCD et son environnement socio-économique dans une stratégie gagnant-gagnant en développant les axes recherche-développement et formations continues.

En termes d’infrastructures, le développement du pôle Santé (Institut des Sciences de la Santé et Faculté de Médecine) du nouveau Campus Universitaire Mazagan est une priorité pour accompagner le pôle urbain Mazagan (PUMA) à l’horizon 2030. Le Campus Universitaire de Sidi Bennour connaitra, l’année prochaine, l’ouverture d’un deuxième établissement (Faculté Polydisciplinaire), et qui, à terme avec l’EST, l’ENSA et d’autres structures sociales, donnera le caractère universitaire à cette ville, relève la présidence.

A travers ce projet, l’UCD s’engage pour une gouvernance moderne, transparente et à l’écoute, en étroite concertation avec les instances de l’université et les partenaires. Elle poursuit ainsi la stratégie de la valorisation des ressources humaines, la généralisation du management par l’assurance qualité à toutes les composantes de l’université, tout en la conjuguant au développement du système d’information et de gestion qui fournit des outils performants à la prise de décision.

Il s’agit d’un projet de développement ambitieux et réalisable, affirme M.Boughaleb. Il s’appuie sur les résultats des responsables successifs de l’UCD et des établissements et quel que soit sa pertinence, il nécessitera pour sa réalisation l’adhésion permanente et l’abnégation des corps professoral et administratif. ”L’implication de nos partenaires nationaux, régionaux, locaux et même étrangers sera vivement sollicitée”, a-t-il dit. ”Ce projet n’ignore ni les contraintes ni les difficultés qui risquent d’entraver sa bonne marche. Il s’appuie sur une gouvernance moderne, sur une connaissance de terrain, une expérience acquise auprès des universités marocaines et étrangères et surtout sur la conviction qu’affronter les difficultés, anticiper les attentes constituent aujourd’hui une nécessité par une gestion rigoureuse, transparente et efficace. Cette conviction trouve sa force dans un discours de vérité et d’optimisme vigilant”, a t-il poursuivi.

L’UCD confirme, par le biais de son projet, sa volonté d’asseoir la culture du service public qui est profondément inspiré des orientations et discours de SM le Roi Mohammed VI. ” Nous entendons ainsi affirmer pendant le prochain quadriennal, notre attachement aux principes et aux valeurs comme l’aide à la réussite pour tous, l’éthique de la recherche, l’égalité des chances, le respect de l’environnement et du développement durable, la tolérance puisée dans l’histoire et la culture du Royaume et de la citoyenneté au service de la société”, a insisté M. Boughaleb.

Le nombre des nouveaux inscrits dans les six établissements universitaires de l’UCD, a atteint pour la rentrée universitaire 2019-2020 quelque 7592 étudiants et étudiantes, alors que le nombre total est de 23.511 étudiants. Quant au nombre de lauréats et lauréates de l’année 2018-2019, il semble en nette progression. L’on dénombre un total de 3243 lauréats et lauréates, soit plus de 30% par rapport à l’année précédente, dont la part du lion est à mettre à l’actif de la Faculté des Sciences avec 1047 lauréats, suivie de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines avec 1030 lauréats.

Bouton retour en haut de la page
Fermer