Le PIB de la zone euro devrait enregistrer une contraction de 8,7% en 2020 et croître de 6,1% en 2021, selon les prévisions économiques de l’été de la Commission européenne publiées mardi.

Selon la Commission, la chute du PIB de la zone euro devrait donc être nettement supérieure aux 7,7 % projetés début mai. La croissance en 2021 sera également un peu moins vigoureuse que celle prévue au printemps.

La pandémie de coronavirus plongera cette année l’économie de l’Union européenne dans une récession “encore plus profonde”, en dépit d’une réponse politique “rapide et complète tant au niveau de l’Union que des États membres”, relève l’exécutif européen, notant qu’étant donné que la levée des mesures de confinement se poursuit à un rythme “moins soutenu qu’anticipé dans nos prévisions du printemps”, l’incidence sur l’activité économique en 2020 sera plus importante que prévu.

Pour la Commission européenne, les premières données pour mai et juin semblent indiquer que le pire pourrait être passé pour l’économie de l’UE et que la reprise devrait produire ses effets au second semestre de l’année, même si elle devrait rester “incomplète et inégale d’un État membre à l’autre”.

Si le choc pour l’économie de l’UE est “symétrique” en ce que la pandémie a frappé tous les États membres, l’exécutif européen estime que tant l’intensité de la baisse de la production en 2020 que la force du rebond en 2021 devraient être sensiblement divergents.

“Les différences de niveau d’incidence de la pandémie et de vigueur de la reprise dans les États membres semblent désormais devoir être encore plus prononcées que ce qui avait été prévu au printemps”, souligne-t-on.

S’agissant des perspectives globales au sujet de l’inflation, la Commission européenne relève qu’elles ont peu évolué depuis les prévisions du printemps, même si les facteurs d’orientation des prix ont connu des changements importants.

Selon l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), l’inflation dans la zone euro est maintenant attendue à 0,3 % en 2020 et à 1,1 % en 2021. L’inflation pour l’ensemble de l’UE devrait s’établir à 0,6 % en 2020 et à 1,3 % en 2021.

L’exécutif européen relève, par ailleurs, qu’il existe des risques considérables que le marché du travail subisse des atteintes à long terme plus fortes et plus nombreuses que prévu et que les difficultés de liquidité se transforment en problèmes de solvabilité pour de nombreuses entreprises.

Et d’ajouter qu”une absence d’accord sur la future relation commerciale entre le Royaume-Uni et l’UE pourrait également entraîner une baisse de la croissance, en particulier pour le Royaume-Uni”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer