Les autorités compétentes ont élaboré une norme nationale, sur laquelle tous les ministères concernés ont travaillé, pour garantir la qualité des masques actuellement sur le marché, a affirmé le chef de la division de l’hygiène du milieu au ministère de la Santé, Rachid Ouahabi.

Dans une déclaration à la MAP, M. Ouahabi a expliqué que parmi les normes adoptées, figure la fabrication de masques avec une matière adaptée à la peau humaine et ne présentant aucun risque de maladies telles que la démangeaison ou la dermatite (eczéma).

En ce qui concerne la méthode de fabrication des masques, le responsable au ministère de la Santé a insisté sur l’importance d’utiliser un tissu qui répond aux normes approuvées, pour confectionner les masque suivant un procédé technique précis qui garantit le filtrage des virus, notant que l’usage de certains type de tissus pourrait permettre l’infiltration des microbes.

Les normes approuvées garantissent également que le masque couvre la bouche, le nez et le menton et qu’il soit réglable des deux côtés afin de garantir que les petites particules ou les virus ne s’infiltrent pas dans la bouche ou le nez, a-t-il relevé.

M. Ouahabi a, en outre, relevé que le masque devrait être également étanche, notant que la couche intermédiaire, qui joue un rôle important dans la prévention des infiltrations de virus, doit avoir une épaisseur comprise entre 2 et 5 micromètres et ne pas provoquer de détresse respiratoire chez son porteur.

S’agissant des conseils en lien avec l’achat et le port des masques, M. Ouahabi a mis en garde contre leur achat en détail du fait qu’ils peuvent être facilement infectés, soulignant à cet effet la nécessité de les acheter dans des boîtes fermées.

Avant de porter le masque, poursuit le responsable, les mains doivent être lavées avec du savon et de l’eau ou un antiseptique alcoolique, tout en s’assurant de bien fermer la boite après avoir sorti le masque. Il a également souligné la nécessité de fixer le masque au visage avec le moyen des ajustements, qui varient selon le type de masque, de manière à empêcher l’infiltration d’air.

La durée idéale de l’utilisation du masque se situe entre quatre et huit heures comme durée maximale, a fait savoir le chef de la division de l’hygiène du milieu, notant qu’il est préférable de le changer toutes les quatre heures ou une fois qu’il est humide ou mouillé, car il cesse, à ce moment, de protéger son porteur.

Par ailleurs, plusieurs précautions doivent être prises au moment d’enlever le masque qui doit être traité comme porteur du virus, ajoute M. Ouahabi, signalant que les virus potentiels s’accumulent dans la partie externe du masque et doivent ainsi être éliminés et jetant le masque dans une poubelle avant de bien la fermer.

Les autorités publiques avaient décidé, lundi dernier, de rendre obligatoire le port des masques de protection pour l’ensemble des personnes autorisées à se déplacer en dehors de leur lieu de résidence dans les cas d’exception fixés auparavant.

Le procureur général du Roi près la Cour de cassation, président du Ministère public, avait, pour sa part, appelé les responsables judiciaires à appliquer strictement les dispositions juridiques relatives au port de masque pendant la période de confinement sanitaire.

De son côté, le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique a décidé d’interdire la vente en détail des masques de protection en vue de préserver la santé des citoyens et éviter leur contamination par le nouveau coronavirus.

Bouton retour en haut de la page
Fermer