Le discours de SM le Roi Mohammed VI à l’occasion de la fête du Trône «empreint d’humilité et d’ambitions», promet de «grands changements pour le Royaume chérifien dans les mois à venir», a affirmé Mustapha Laabid, Président du Groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée nationale française.

Dans une déclaration à la MAP, M. Laabid a souligné que dans ce discours qui dresse « un constat juste » et affiche « une ambition forte », le Souverain « n’a pas dérogé à Son style: Franc, direct, limpide et empreint d’humilité ».

“Sans s’attarder sur son bilan qualitatif des vingt années de règne, SM Mohammed VI rappelle à son peuple les avancées en matière d’infrastructures essentielles pour le Maroc en soulignant que ces nombreux projets structurants n’ont pas encore eu les répercussions suffisantes sur l’ensemble de la population et en particulier les plus fragiles”, indique le Président du Groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée Nationale.

«D’un point de vue objectif et vu de la France, ces projets sortis de terre ces dix dernières années peuvent être qualifiés d’exceptionnels : Tanger MED 1 puis 2, le premier train à grande vitesse d’Afrique, le projet NOOR, le développement de l’industrie automobile et aéronautique, le plan Maroc vert. Des chantiers colossaux qui ont littéralement transformé ce pays en lui donnant une position économique forte et en faisant du royaume un partenaire stratégique indépassable », affirme M. Laabid.

« Il est vrai que le chemin à parcourir pour effacer les inégalités et réduire les disparités sociales est long et la tâche nécessite une ambition collective forte. Il incombe à la société marocaine d’impulser cette ambition afin de parvenir à une transformation structurelle du modèle », a-t-il estimé, soulignant que l’ouverture des marchés intérieurs aux opérateurs étrangers, la nécessité de moderniser le service public, le renforcement de l’efficacité institutionnelle ne « doivent pas rester des vœux pieux ».

Le Président du Groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée Nationale, affirme que «l’ambition du Roi est forte et sa volonté de bâtir un Maroc plus juste, plus inclusif permettant à chaque citoyen de s’émanciper et de s’accomplir, devra passer par une rupture ». La méthode pour y parvenir sera de casser ces freins systémiques au changement et ces « postures négatives d’enfermement et de réserves », considère-t-il.

Cela passera aussi comme le Souverain l’a annoncé par « une innovation disruptive à venir, celle de la création d’une commission composée d’experts chargés de poser les jalons du futur processus de développement ».

Pour M. Laabid, « ce discours est aussi un appel, qu’il salue, à la mobilisation de la société civile marocaine d’où qu’elle soit, celle en capacité de construire le Maroc de demain, un royaume de la compétence, ancré en Afrique et ouvert sur le monde ».

« Ce discours empreint d’humilité, de pugnacité, d’ambitions fortes et disruptives promet de grands changements pour le Royaume chérifien dans les mois à venir », a ajouté le député français.

Bouton retour en haut de la page
Fermer