La société française MyOpla, spécialiste des centres de contacts et des processus d’externalisation, a ouvert un nouveau centre mercredi au sein de la Tanger Free Zone, avec un investissement total de 20 millions de dirhams (MDH).

Ce centre, qui s’inscrit dans le cadre du plan d’expansion de la société dans le nord du Maroc, s’étale sur une superficie de plus de 3.200 mètres carrés, avec une capacité de 500 positions dans les métiers du domaine des centres de contacts et des processus d’externalisation.

S’exprimant à cette occasion, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a indiqué que MyOpla a choisi de s’installer depuis plusieurs années dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima qui recèle un potentiel énorme compte tenu de ses réalisations dans les secteurs industriel et portuaire, saluant dans ce sens les compétences des ressources humaines marocaines, capables de contribuer à la réussite des projets d’investissement.

Il a également appelé les responsables de la société à saisir les opportunités offertes, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle, afin d’arriver à exporter des solutions créées au Maroc, faisant savoir, en outre, que MyOpla a réussi, en six années au Maroc, à dépasser ses concurrents au sein de la région.

Pour sa part, le directeur général de MyOpla, Denis Marsault, a précisé que la société, qui s’est installée au Maroc en 2013, emploie actuellement plus de 800 collaborateurs dans ses centres de Tanger, Tétouan et Al Hoceima, prévoyant d’augmenter ce chiffre à 1.200 à l’horizon 2020.

MyOpla, qui compte parmi ses clients de grandes entreprises françaises des secteurs du e-commerce, des assurances et de l’énergie, est un exemple de leader en termes de métiers d’offshoring au sein de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, a relevé M. Marsault, faisant savoir que la société enregistre une croissance annuelle d’environ 50%.

Par ailleurs, la société, qui prévoit d’accélérer davantage cette croissance, a ouvert en début d’année un laboratoire d’intelligence artificielle employant actuellement 10 cadres marocains titulaires de doctorats et de masters, a-t-il encore ajouté.

Bouton retour en haut de la page
Fermer