La campagne électorale pour le second tour de la Présidentielle anticipée du 13 octobre en Tunisie a démarré, jeudi, pour prendre fin le 11 octobre courant.

Ce scrutin, qui se déroulera les 11, 12 et 13 octobre dans les circonscriptions électorales de l’étranger, opposera le candidat Kaïs Saïed, soutenu par le parti Ennahdha, au président du parti “Qalb Tounès” Nabil Karoui, arrivés respectivement premier avec 18,7 pc des suffrages et deuxième (15,5 pc) au premier tour de la présidentielle.

La campagne électorale de Karoui lors du premier tour de l’élection présidentielle anticipée a été menée, en son absence, par son parti “Qalb Tounes” (au Cœur de la Tunisie).

Poursuivi depuis 2017 pour blanchiment d’argent et évasion fiscale, le magnat des médias Nabil Karoui a été placé en détention préventive le 23 août.

Toutes ses demandes de libération ont été rejetées jusque-là. La date de son arrestation, 10 jours avant le début de la campagne, avait suscité des interrogations sur une “instrumentalisation de la justice par le politique”.

Le parti de Karoui, mais aussi l’Instance Indépendante Supérieure des élections en Tunisie (ISIE), des observateurs internationaux, et nombre de responsables politiques avaient appelé à ce que le candidat incarcéré puisse faire campagne de façon équitable pour le second tour.

Au 1er tour de ce scrutin marqué par la participation de 26 candidats, au moins 70.000 agents et cadres de la sécurité nationale ont été déployés dans les différentes régions du pays pour assurer le bon déroulement du vote.

Environ 48.000 agents, qui ont été déployés dans les centres de vote, les centres de collecte, les sièges centraux et bureaux régionaux de l’Instance supérieure indépendante des élections ont été chargés de la sécurisation des opérations de vote et de dépouillement, des personnalités présentes, des invités, des journalistes, des observateurs et aussi de tous les candidats en lice. Les autres agents ont été déployés dans toutes les régions du pays afin de garantir la sécurité générale.

Ce scrutin se déroule sous la supervision d’observateurs issus d’organismes étatiques, de la société civile et d’instances internationales attendus à travers tous les bureaux et centres du vote de la République, afin de veiller au bon déroulement du processus électoral.

“Quelque 12000 observateurs sont présents à cet effet”, selon l’ISIE qui fait état de la présence d’observateurs représentant notamment la Ligue arabe, le parlement arabe, l’Union européenne et l’Institut EISA, ainsi que l’Union générale du Travail tunisienne (UGTT) et les organisations de la société civile “Aatid”, “Mourakiboun” et “Ana Yakidh”.

Le nombre de bureaux de vote s’élève à 13.834 dont 13.450 bureaux à l’intérieur du pays, alors que les électeurs tunisiens inscrits sur les listes électorales sont au nombre de 7,88 millions.

Bouton retour en haut de la page
Fermer