Des milliers de thaïlandais ont organisé une veillée de recueillement, dimanche soir à Korat (nord-est de la Thaïlande), à la mémoire des 29 victimes du massacre perpétré par un soldat qui a été finalement abattu par les forces de l’ordre dimanche matin dans un grand centre commercial de la ville.

Dans une ambiance de recueillement et de tristesse, de nombreux participants portaient des bougies, d’autres déposaient des messages de condoléances accompagnés de fleurs, alors que des moines bouddhistes entonnaient des prières.

Vingt-neuf personnes, dont la plupart des civils, ainsi que des soldats et des membres des forces de l’ordre, ont été tuées par le militaire, selon le dernier bilan communiqué par les autorités locales. Une soixantaine de personnes ont été également blessées dans cette tuerie.

Après une nuit de terreur dans le centre commercial où le meurtrier s’est retranché après avoir tué plusieurs personnes, une équipe des forces spéciales est parvenue à abattre l’assaillant après un siège de 17 heures. La plupart des 29 victimes ont été tuées dans et autour du centre commercial “Treminal21” qui était bondé de clients à l’occasion d’un week-end prolongé.

“C’est sans précédent en Thaïlande et je veux que ce soit la dernière fois qu’une telle tragédie se produit”, a déclaré le Premier ministre thaïlandais, Prayut Chan-O-Cha, à l’hôpital de Nakhon Ratchasima où les victimes de la tuerie ont été prises en charge.

Le premier ministre a évoqué un “problème personnel” lié à la vente d’une maison pour expliquer les raisons derrière la folie meurtrière du militaire, identifié comme le sergent Jakrapanth Thomma (32 ans).

Le carnage a commencé samedi en fin d’après-midi, lorsque Jakrapanth a abattu son commandant et deux autres personnes au camp militaire de Surathampithak. Il s’est ensuite emparé de plusieurs armes et des munitions avant de se lancer dans une virée meurtrière au volant d’un véhicule militaire Humvee.

Le meurtrier a tiré sur les passants indistinctement le long de la route menant au terminal 21, sur 15 km. Le meurtrier filmait son action et la diffusait en direct sur le réseau social Facebook, avant que ce dernier ne soit désactivé.

Bouton retour en haut de la page
Fermer