Le président américain Donald Trump a ratifié une loi assurant une aide médicale à vie aux pompiers, policiers et secouristes souffrant de maladies, après avoir pris part aux opérations de recherche et de déblaiement à New York après le 11 septembre 2001.
“Notre nation a envers chacun de vous une dette énorme qu’aucun mot, aucun acte ne pourra jamais payer”, a déclaré M. Trump devant une soixantaine de ces secouristes présents le jour des attentats, qui ont été conviés à la Maison Blanche.
La ratification de cette loi met ainsi fin à des années de blocage législatif et à la succession de décès parmi les premiers secouristes succombant à des maladies liées à leur intervention à “Ground Zero”, lieu de l’effondrement des tours jumelles du World Trade Center.
Le fonds d’aide d’indemnisation des victimes a été prolongé jusqu’en 2092, ce qui le rend essentiellement permanent.
“Vous inspirez toute l’humanité”, a déclaré M. Trump en parlant de “vrais guerriers américains” qui se sont précipités pour aider les victimes le jour de l’attentat et continué à rechercher des restes des victimes pendant des mois ensuite.
Les attentats du 11-Septembre avaient fait directement près de 3.000 morts, essentiellement dans le quartier de Manhattan, ainsi que quelque 6.000 blessés.
Les fumées toxiques qui ont recouvert le quartier new-yorkais pendant des semaines ont aussi affecté des milliers d’autres personnes.
Dans son intervention devant les secouristes à la Maison Blanche, Donald Trump, originaire lui aussi de New York, a assuré avoir été présent lors de l’après-attentat à Manhattan.
“J’étais là-bas aussi. Mais je ne me considère pas comme un premier intervenant, mais j’étais là-bas. J’ai passé beaucoup de temps là-bas avec vous”, a-t-il dit.
Selon les médias américains, plus de 40.000 personnes ont demandé à bénéficier de ce fonds, qui couvre des maladies potentiellement liées aux attentats du site du World Trade Center.

Bouton retour en haut de la page
Fermer