Le président américain Donald Trump a reconnu mercredi qu’il avait minimisé le danger posé par le coronavirus plus tôt cette année, arguant qu’il voulait “éviter la panique” face à l’ampleur de la maladie.

Les déclarations de Trump, lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, sont intervenues alors que sa gestion de la pandémie a de nouveau été remise en question après la publication d’enregistrements audio de ses entretiens avec le journaliste Bob Woodward.

Des extraits du prochain livre du célèbre journaliste qui a mis à révélé au grand jour le scandale du Watergate, “Rage”, ont été publiés mercredi par plusieurs médias américains.

Dans les enregistrements, le président a reconnu en privé que le COVID-19 était “mortel” dès début février, bien qu’il continuait alors d’en minimiser les risques en public.

“Si vous dites que c’était pour réduire la panique, c’est peut-être le cas”, a déclaré Trump mercredi après-midi lorsque des journalistes lui ont demandé s’il avait minimisé le virus ou induit le public en erreur pour éviter la panique.

” Je suis une pom-pom girl pour ce pays. J’aime notre pays”, a poursuivi Trump. “Je ne veux pas que les gens aient peur. Je ne veux pas semer la panique, comme vous le dites, et je ne vais certainement pas conduire ce pays ou le monde dans une frénésie”.

“Nous voulons faire preuve de confiance, nous voulons montrer notre force, nous voulons montrer notre force en tant que nation”, a-t-il ajouté.

Le président Trump a une nouvelle fois défendu mercredi sa réponse au virus, affirmant que le gouvernement avait fait un “travail incroyable” et se demandant pourquoi les responsables de l’administration n’avaient pas reçu davantage d’éloges des médias.

Les États-Unis ont le plus grand nombre au monde d’infections et de décès causés par le virus, soit plus de 6,3 millions de cas et environ 190.000 morts.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer