Le redémarrage du secteur touristique national est conditionné par trois impératifs ayant trait à la mobilité, la confiance et la compétitivité, a souligné, jeudi soir à Casablanca, la ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale, Nadia Fettah Alaoui.

S’exprimant lors d’une visioconférence organisé par la Chambre française de commerce et d’industrie au Maroc (CFCIM) sur les perspectives et ambitions de relance de l’activité touristique au Maroc, Mme Fettah Alaoui a évoqué les difficultés induites par les restrictions de mobilité liées à la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) et la non-coordination des protocoles de voyages à travers le monde.

Après avoir rappelé que seulement 53% des pays dans le monde ont assoupli l’ouverture de leur frontières, la ministre a indiqué que les opérateurs touristiques ont besoin de restaurer la confiance, mettant en exergue la mise en place d’une manière proactive des protocoles sanitaires au niveau des établissements hôteliers du Royaume qui ont permis une prise en charge réussie des cas contaminés par le covid-19.

“Nous travaillons avec le bureau Veritas sur un label dédié pour avoir des standards supérieurs que nous allons étendre au maximum des établissements hôteliers”, a-t-elle soutenu. Et d’ajouter: “Sur le plan local, nous avons demandé aux Walis des principales villes touristiques et aux professionnels de définir eux-mêmes le process sanitaire” en étroite collaboration avec les départements concernés.

Mme Fettah Alaoui a jugé aussi important d’asseoir la compétitivité du Maroc, qui ne dépend pas uniquement des tarifs mais également de la flexibilité puisque les touristes “veulent pouvoir annuler à tout moment”, soulignant la diversité de l’offre touristique nationale “très adaptée” à la crise actuelle.

Par ailleurs, elle a assuré que le contrat-programme (2020-2022) de soutien et de relance du tourisme, vise, notamment à préserver le tissu économique et maintenir les emplois et les revenus des employés. “L’idée du contrat programme était de soutenir ce secteur pour qu’il reste vivant et qu’il préserve l’emploi pour conserver ce que notre pays a construit depuis des années”.

Le deuxième volet de ce programme, selon la ministre, a pour objectif de soulager la trésorerie et les bilans des entreprises via les produits standards tels que “Damane Relance” ou “Damane Oxygène” en plus des produits spécifiques avec des mécanismes adaptés à l’hôtellerie.

En outre, Mme Fettah Alaoui a mis en avant d’autres mesures qualitatives portant notamment sur le digital qui a déjà bouleversé l’industrie touristique, évoquant dans ce sens un soutien de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) pour réaliser des études spécifiques sur une stratégie digitale.

Bouton retour en haut de la page
Fermer