L’adoption d’une approche continentale est de nature à favoriser le développement d’un tourisme africain à la hauteur des énormes potentialités de ce continent, a souligné, jeudi à Marrakech, la ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire, Mme Fatim-Zahra Ammor.

“Notre continent dispose d’un énorme potentiel jusque-là inexploité et nous restons convaincus qu’une approche continentale et un rassemblement des volontés favoriseront le développement du tourisme africain à la hauteur de ses fantastiques potentialités”, a relevé Mme Ammor à la cérémonie d’ouverture des travaux du 117è Conseil exécutif de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT).

“Aujourd’hui, nous sommes emplis d’optimisme devant un secteur touristique plus résilient au Maroc mais aussi à l’échelle continentale, capable d’occuper pleinement son rôle de véritable moteur économique”, a-t-elle indiqué, ajoutant que le secteur touristique représente un véritable moteur de la croissance économique et de création de postes d’emploi, à condition de placer la promotion et la résilience du secteur au cœur des priorités en Afrique.

Mme Ammor a, par ailleurs, mis en exergue les efforts du Maroc pour renforcer l’industrie de façon structurelle, de sorte à absorber le choc induit par les répercussions négatives de la pandémie de la Covid-19 et maintenir l’outil de production en marche à travers la mise en place d’un plan d’urgence de 200 millions de dollars.

Dans ce cadre, elle a relevé que le plan global élaboré pour la relance du tourisme visait à repositionner la destination, encourager l’innovation et l’investissement, et repenser les fondamentaux du secteur, faisant savoir que le Royaume a pris plusieurs mesures importantes, dont le lancement de la Campagne “Maroc, Terre de Lumière”, ainsi que l’amélioration de la connectivité, à travers un plan offensif qui a permis d’augmenter, de manière significative, les capacités des principales compagnies aériennes vers le Maroc.

En outre, et afin de simplifier l’accès à la destination, le Maroc a levé l’ensemble des restrictions sanitaires, et a lancé pour la première fois au Maroc le Visa électronique (en remplacement du visa traditionnel), pour une liste de 40 pays, a-t-elle rappelé, ajoutant que le Royaume a également investi environ 2 milliards de dollars pour valoriser son patrimoine culturel et ses ressources naturelles dans les arrière-pays, véritables viviers de potentialités pour le tourisme.

“Ces investissements ont permis d’améliorer les destinations existantes, mais également de faire émerger de nouvelles destinations”, a-t-elle fait remarquer, relevant que c’est grâce à l’ensemble de ces initiatives que la relance a été amorcée, permettant ainsi au secteur du tourisme de récupérer 80 % de ses arrivées de 2019 et 103 % des recettes de voyage en devises.

Dans ce contexte, Mme Ammor a relevé que le Royaume s’est fixé une vision ambitieuse, qui est de doubler le nombre de touristes à l’horizon 2030.

Pour ce faire, a-t-elle enchainé, le Maroc a mis en place une feuille de route inclusive et concertée axée sur plusieurs leviers, à savoir une restructuration de l’offre autour d’une trentaine de produits touristiques pour permettre un développement équitable et transparent des destinations et populations locales, le renforcement de la connectivité aérienne, une promotion innovante orientée sur les richesses territoriales et la stimulation de l’investissement en accordant une place particulière aux TPME touristiques.

Dans ce sillage, Mme Ammor a indiqué que cette feuille de route se caractérise par l’association entre résilience et durabilité pour l’ensemble des leviers de compétitivité du secteur, une forte complémentarité entre tourisme domestique et international, ainsi que la protection de “notre héritage culturel et nos ressources naturelles”, sans négliger l’innovation et la technologie et la promotion de la formation des ressources humaines, en attirant des ressources qualifiées tout en investissant sur les talents actuels pour les valoriser et les fidéliser.

Cette 117è session du Conseil Exécutif, organe directeur de l’OMT, est un rendez-vous incontournable pour les acteurs mondiaux du tourisme, qui permet de reconfirmer les orientations prioritaires post-Covid-19 pour le développement de la résilience du secteur.

Prennent part à ce conseil quelque 250 représentants des Etats membres de l’OMT, dont 16 ministres et de hauts responsables en charge du tourisme des pays membres, des représentants de structures publiques ou privées en charge du tourisme, des organismes de gestion des destinations, ainsi que des investisseurs spécialisés et des médias internationaux.

Le Maroc est présent en force lors de cet événement à travers une délégation qui comprend les professionnels représentant les fédérations sectorielles, notamment la Confédération Nationale du Tourisme (CNT), la Fédération Nationale de l’Industrie Hôtelière (FNIH), la Fédération Nationale des Agences de Voyages du Maroc (FNAVM), en plus de l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) et la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT).

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer