Les ministres des Affaires étrangères du Japon et de la Corée du Sud ont convenu, à New York, de poursuivre le dialogue après avoir échoué de progresser dans la résolution des différends bilatéraux sur la question litigieuse de l’indemnisation des travailleurs en temps de guerre et du commerce.

Lors de la première réunion depuis son entrée en fonction ce mois-ci, le ministre japonais des Affaires étrangères, Toshimitsu Motegi, a indiqué à son homologue sud-coréenne, Kang Kyung Wha, que l’état des relations bilatérales était “extrêmement préoccupant” au moemnt où le besoin de coopération bilatérale dans le traitement de la Corée du Nord est plus grand que jamais.

“Lors de ma rencontre avec la ministre Kang, nous avons partagé l’importance de créer des liens tournés vers l’avenir tout en expliquant nos positions sur les problèmes auxquels nous sommes confrontés”, a déclaré M. Motegi à la presse à New York, ajoutant que “les bases de nos relations amicales ont été ébranlées”.

Les relations bilatérales ont connu un coup de froid après une série de décisions de la justice sud-coréenne à la fin de l’année dernière, ordonnant aux entreprises japonaises de compenser le travail forcé en temps de guerre pendant la colonisation japonaise de 1910-1945.

Le Japon estime que les décisions constituent une violation de l’accord bilatéral de 1965 qui a réglé la question de l’indemnisation de manière définitive et complète.

Après les décisions de justice, le Japon, qui affirme que la mise en œuvre des restrictions commerciales n’est pas liée au différend relatif à l’indemnisation, a resserré les contrôles sur les exportations de matériaux de fabrication essentiels à destination de la Corée du Sud et a retiré Séoul de la liste de ses partenaires commerciaux privilégiés.

La Corée du Sud a riposté en retirant le Japon de sa propre liste de partenaires de confiance.

Bouton retour en haut de la page
Fermer