L’Union européenne (UE) a réitéré, vendredi devant la 4è Commission de l’Assemblée générale de l’ONU, son appel à l’enregistrement par le Haut Commissariat des Nations-Unies aux Réfugiés (HCR) de la population des camps de Tindouf, en territoire algérien, tel que maintes fois demandé par le Conseil de sécurité.

Le représentant de l’Allemagne, qui faisait une déclaration au nom des pays de l’UE lors de l’adoption de la résolution de la Commission sur la question du Sahara marocain, a également souligné que l’Union européenne reste “inquiète” des implications du conflit du Sahara sur la sécurité et la coopération dans la région.

Le diplomate a également indiqué que l’UE se félicite de “l’engagement du Secrétaire général de l’ONU à relancer les négociations avec une nouvelle dynamique et un nouvel esprit menant à la reprise du processus politique, avec pour objectif d’atteindre une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable” au conflit du Sahara.

L’Union européenne, a-t-il poursuivi, continue “d’encourager les parties à faire preuve de volonté politique, et à travailler dans une atmosphère propice au dialogue afin d’entrer dans une nouvelle phase des négociations, de bonne foi et sans conditions préalables, en prenant note des efforts consentis et des faits nouveaux survenus depuis 2006”.

“Il est important que les parties fassent preuve de plus de volonté politique en vue de parvenir à une solution” à ce différend régional, a-t-il souligné.

L’Union européenne a aussi rendu hommage aux efforts et au travail accompli par l’ancien Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Horst Köhler, notamment à travers la tenue des deux tables rondes de Genève entre le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie, et le polisario, tout en disant attendre avec intérêt la nomination d’un nouvel Envoyé personnel pour poursuivre le processus politique dirigé par les Nations-Unies.

Bouton retour en haut de la page
Fermer