La 6è édition du Festival international des écoles de cinéma de Tétouan (FIDEC) s’est ouverte, lundi soir, avec un hommage appuyé à l’académicien Ahmed Badry, premier directeur de l’Institut supérieur d’art dramatique et d’animation culturelle (Isadac).

Le comité de sélection du festival, organisé par l’Association Bidayyat Artcine et la Faculté des Lettres et des sciences humaines de Tétouan, relevant de l’Université Abdelmalek Essaâdi, en partenariat avec des institutions nationales et internationales, avec le soutien du Centre cinématographique marocain (CCM), a retenu 34 films, sur les 1.862 films soumis, en compétition officielle, représentant 32 écoles de cinéma dans 23 pays.

Intervenant à cette occasion, le doyen de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Tétouan, Mustapha El Ghachi, a indiqué que cet événement vise à renouer le contact avec les férus du 7è art en cette conjoncture exceptionnelle liée à la pandémie de la Covid-19, et offre la possibilité aux cinéphiles d’admirer les différentes productions cinématographiques programmées lors de cette édition.

Dans une déclaration à M24, la chaine télévisée de l’information en continu de la MAP, M. El Ghachi a relevé que l’importance de cet événement, devenu un rendez vous culturel incontournable, réside dans le fait qu’il met en avant les potentialités et les compétences dont regorge l’Université et leur rôle dans la formation professionnelle de cinéma.

Il a souligné que l’Université cherche, à travers ce type d’événements, à intégrer le volet artistique et créatif, et les différentes expressions artistiques, dans les programmes de formation et la vie universitaire en général, notant que cette édition revêt une importance particulière, vu qu’elle contribue à consolider les valeurs d’échange, de coexistence et de diffusion des nobles valeurs humaines.

Pour sa part, le directeur du Festival, Hamid Aidouni, a affirmé que cette édition est exceptionnelle, puisqu’elle se tient dans cette conjoncture sanitaire difficile que traverse le monde, notant que le théâtre Español accueille le premier événement culturel du genre depuis deux ans.

Cette édition a-t-il poursuivi, est marquée par un programme riche et diversifié pour le plus grand bonheur des amateurs de culture et d’art, ainsi que par la participation de différentes générations cinématographiques, notant que cet événement offre l’opportunité au public de découvrir des écoles internationales de cinéma dotées d’expériences riches et uniques.

De son côté, M. Badry a salué cette initiative qui vise à rendre hommage aux différentes générations cinématographiques et d’académiciens qui ont joué un rôle important dans le développement du domaine culturel, notant que les festivals de cinéma ou de théâtre, qui s’intéressent aux différentes écoles et à la formation des jeunes générations, devraient bénéficier de plus d’attention, en raison de leur rôle dans l’éducation créative, tout en offrant l’opportunité au public de prendre connaissance de nombre d’oeuvres créatives nationales et internationales.

Les films en lice lors de cette édition, qui se poursuivra jusqu’au 26 novembre, représentent des écoles de cinéma de renom et des pays qui ont une tradition cinématographique, dont certains participent pour la première fois au festival.

Les pays participants à cette édition sont la Norvège, la France, la Tunisie, le Chili, le Liban, l’Italie, la Suisse, la Chine, la Roumanie, l’Espagne, la Pologne, la Belgique, la Grande Bretagne, la Bosnie-Herzégovine, le Danemark, l’Afrique du Sud, l’Iran, l’Allemagne, la Hongrie, la Russie, la Slovaquie, la Corée du Sud et le Maroc.

La sélection officielle du festival, qui rendra également hommage au cinéaste marocain, Jilali Ferhati, comprend 13 films de fiction, 13 documentaires et 8 films d’animation.

De nombreux films sélectionnés sont porteurs de valeurs humanistes et universelles comme la tolérance, le respect, la solidarité, la justice, la fraternité et l’amour.

Bouton retour en haut de la page
Fermer