Les dirigeants du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), réunis au sommet à Nouakchott, ont réaffirmé leur attachement à la consolidation de la coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et la poursuite des efforts militaires communs en partageant les renseignements et l’échange de moyens.

Dans le communiqué final qui a sanctionné leurs travaux, les chefs d’Etat ont salué la signature de l’accord pour un appui technique entre le G5 Sahel, l’Union européenne et l’organisation des Nations unies destiné à octroyer un appui opérationnel et logistique à la force militaire commune.

Les dirigeants du G5 se sont également félicités du niveau de préparation des forces militaires communes et ont appelé les partenaires à honorer leurs engagements financiers annoncés en 2018 à Bruxelles.

Ils ont, cependant, exprimé leur inquiétude vis-à-vis de la crise libyenne, rappelant les conséquences dramatiques de la crise libyenne sur la sécurité et la stabilité dans l’espace sahélien.

Dans une allocution au sommet, le chef de l’Etat mauritanien Mohamed, Ould Cheikh El Ghazouani dont le pays assure la présidence tournante du G5 Sahel, a souligné que ce groupement “requiert plus que jamais une attention accrue et coordonnée de la part des Etats de la région et de la communauté internationale pour endiguer la spirale de la violence”.

Le communiqué final compte 30 points répartis entre les thèmes de la “sécurité” et du “développement”, approuvés par les 5 chefs d’Etat, à savoir Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani (Mauritanie), Ibrahim Boubacar Keita (Mali), Mouhamedou Issoufou (Niger), Idriss Déby (Tchad) et Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso).

Le G5 Sahel fournit depuis 2014 un cadre de coopération entre les cinq pays sur la sécurité et le développement.

Bouton retour en haut de la page
Fermer