Le domicile de Yaya Dillo, opposant et candidat déclaré à la présidentielle du 11 avril au Tchad, a été dimanche le théâtre de violences opposant les forces de l’ordre à un groupe de personnes armées appuyant l’opposant tchadien.

“Il y a eu deux morts et cinq blessés, dont trois parmi les forces de l’ordre”, lors d’une tentative d’interpellation de l’opposant Yaya Dillo Djerou à son domicile de la capitale tchadienne, a indiqué Chérif Mahamat Zene, porte-parole du gouvernement, dans un communiqué.

“Suite à un refus systématique depuis 48 heures de M. Yaya Dillo, appuyé d’un groupe de personnes armées, de répondre à deux mandats judiciaires”, celui-ci “a vertement défié l’autorité de l’Etat en opposant une résistance armée”, a expliqué le porte-parole.

Les forces de défense et de sécurité, ayant essuyé des tirs d’armes venant du domicile de l’opposant, “n’ont pas eu d’autres choix que de riposter en légitime défense”, a-t-il affirmé, ajoutant que le gouvernement condamne avec la dernière énergie cette rébellion armée au coeur de la capitale, qui n’est qu’une tentative de déstabilisation des institutions de l’Etat fomentée de longue date.

Depuis dimanche, des véhicules blindés et militaires quadrillaient plusieurs axes menant au domicile de Yaya Dillo, dans le quartier Karkandjie, selon des sources concordantes. Internet et les réseaux téléphoniques étaient très perturbés à N’Djamena.

Yaya Dillo, ancien chef rebelle, avait rallié en 2007 le parti au pouvoir. Dillo, qui est devenu ministre avant d’occuper plusieurs postes de conseiller à la présidence de la République, est sous le coup de deux mandats d’arrêt, délivrés après une plainte en 2020 pour diffamation et injures envers la Première dame Hinda Déby Itno.

Bouton retour en haut de la page
Fermer