Les activités de la campagne régionale de communication sur l’éducation inclusive ont été lancées, lundi, dans les différentes directions provinciales de l’Education nationale, relevant de l’Académie régionale d’éducation et de formation (AREF) de Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

Placée sous le thème “l’éducation inclusive, un droit et une vie partagée”, cette campagne, qui s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre des dispositions de la loi-cadre n° 51.17 relative au système d’éducation, de formation et de recherche scientifique, a été marquée par la tenue d’un séminaire régional en mode virtuel, sur “le rôle de la mobilisation et la communication dans la mise en oeuvre du programme national de l’éducation inclusive”.

Cette conférence s’inscrit dans le sillage de la réalisation du programme d’action au titre de 2021 relatif à la mise en oeuvre du projet intégré n°17 lié au renforcement de la mobilisation des acteurs et des partenaires sur l’école marocaine, en vue de réaliser des résultats tangibles, à travers le renforcement des mécanismes de mobilisation communautaire des différents acteurs et partenaires, et de mettre en valeur le rôle des associations des mères, pères et tuteurs d’élèves, ainsi que de consacrer les composantes du partenariat éducatif.

Elle a été ainsi l’occasion de souligner l’importance de la sensibilisation et de la mobilisation sociétale comme objectif principal de la mise en oeuvre du Programme national de l’éducation inclusive, lancé le 26 juin 2019, et de conscientiser sur le concept de l’école inclusive.

“L’éducation inclusive est une responsabilité partagée et un projet sociétal fondé sur la solidarité, la vie commune et l’acceptation de l’autre”, a souligné le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale, Youssef Belqasemi, qui intervenait à l’ouverture de cette rencontre, saluant les efforts déployés par ceux qui assurent ce travail au niveau de l’académie, indique un communiqué de l’AREF.

De son côté, le directeur des programmes au ministère, Fouad Chafiqi, a relevé que “le concept d’éducation inclusive ne se limite pas seulement à la réhabilitation de l’espace, mais porte également sur la présentation d’une offre éducative inclusive, selon le projet de l’école inclusive”, soulignant l’importance de la mobilisation et la communication dans la diffusion des concepts de l’éducation inclusive de manière claire et simple.

De son côté, la directrice chargée de la communication au ministère, Fatima Ouahmi, a mis l’accent sur l’importance de la mise en oeuvre des projets s’inscrivant dans le cadre de la loi-cadre 51.17, en particulier le projet 4 relatif à l’autonomisation des enfants en situation de handicap ou en situations particulières de scolarisation, s’arrêtant sur l’importance de ce chantier sociétal, qui nécessite des efforts colossaux, en vue de changer les stéréotypes et les représentations négatives sur le concept de handicap.

Quant au directeur de l’AREF de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mohamed Aouaj, il a souligné que toutes les composantes de la société sont appelées à adhérer activement aux efforts visant à réaliser les principes de base de l’éducation inclusive, saluant les efforts déployés par les associations partenaires et leur implication dans la mise en oeuvre du programme national de l’éducation inclusive dans la région.

Cette rencontre, émaillée par la projection d’un documentaire sur l’éducation inclusive dans la région, s’est déroulée en présence notamment des directeurs provinciaux, des chefs de services et de divisions de l’Académie, des inspecteurs éducatifs, du responsable du département de l’éducation à l’UNICEF, des chefs des projets 4 et 17, et des représentants des associations partenaires dans la région.

Bouton retour en haut de la page
Fermer