Le groupe terroriste dit Etat islamique (EI) a tué neuf combattants syriens pro-iraniens dans une attaque jeudi contre l’une de leurs positions dans l’est de la Syrie, a indiqué une ONG.

L’attaque a visé ces miliciens fidèles au régime syrien et entraînés par les Gardiens de la Révolution iraniens dans une région désertique près de la ville d’Al-Mayadine dans la province de Deir Ezzor, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les Gardiens de la Révolution sont l’armée idéologique de la République islamique d’Iran, qui aide militairement le régime syrien de Bachar al-Assad dans sa guerre contre les rebelles et les jihadistes.

Malgré sa mise en déroute avec la chute de son “califat” en mars 2019, l’EI dispose de cellules dormantes qui continuent de mener des attaques meurtrières en Syrie, notamment dans le vaste désert s’étendant du centre à l’extrême est du pays.

Jeudi à l’aube, neuf miliciens syriens ont péri dans l’attaque et au moins deux jihadistes ont été tués dans les combats qui ont suivi, a précisé l’OSDH.

Depuis mars 2019, des combats, principalement dans la zone désertique, ont coûté la vie à plus de 1.000 soldats syriens et miliciens pro-iraniens, ainsi qu’à plus de 580 terroristes de l’EI, d’après l’ONG.

En 2020, les combats ont largement baissé en intensité en Syrie à la faveur d’un cessez-le-feu dans le nord-ouest du pays et des efforts visant à lutter contre le nouveau coronavirus. Le régime syrien a réussi ces dernières années à reprendre plus de 70% du territoire.

La guerre, déclenchée par la répression de manifestations réclamant des réformes, a fait depuis 2011 plus de 387.000 morts.

Bouton retour en haut de la page
Fermer