L’Union européenne (UE) a condamné l’escalade de la violence dans le nord-ouest de la Syrie, appelant à la cessation des hostilités qui ont coûté la vie à de nombreux civils et provoqué des déplacements massifs.

“L’offensive militaire menée dans le nord-ouest de la Syrie par le régime syrien et ses alliés doit cesser”, a insisté l’UE dans une déclaration de son porte-parole, exhortant toutes les parties à protéger les civils et à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire.

L’UE a ainsi souligné la nécessité “absolue” de garantir un accès humanitaire durable, sûr et sans entrave aux civils, y compris par le biais de la modalité transfrontalière.

La priorité de l’Union européenne reste la recherche d’un règlement politique au conflit syrien conformément à la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité, a affirmé le porte-parole, mettant en garde que la poursuite des hostilités dans la province d’Idlib risque de compromettre sérieusement une solution politique négociée ainsi que le travail du Comité constitutionnel syrien.

Selon l’ONU, plus de 235.000 Syriens ont été déplacés, en moins de deux semaines, suite à l’intensification des combats dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie.

Cette nouvelle vague de déplacement vient s’ajouter à la situation d’urgence actuelle dans le nord-ouest de la Syrie qui a déjà entraîné le déplacement d’environ 400.000 personnes entre fin avril et fin août derniers.

Bouton retour en haut de la page
Fermer