L’Union démocratique du centre (UDC, populiste) est arrivée en tête des élections législatives suisses de dimanche, alors que les Verts ont enregistré une forte progression pour devenir la 4ème force politique du pays, selon les résultats définitifs de la Chambre basse (conseil national).

Les populistes de l’UDC ont obtenu 25,8% des voix et 53 fauteuils au conseil national. En constante progression depuis les années 1990, l’UDC a perdu 3,6 points et 12 sièges par rapport à 2015, mais elle reste de loin le premier parti de la Suisse.

Dans le bloc bourgeois, le Parti Libéral radical (PLR) a cédé aussi 4 mandats. Il a obtenu 29 sièges au total, et est talonné par les Verts. Ces derniers ont réussi une percée impressionnante avec une hausse de 5,9 points à 13% et sont devenus la 4e force politique du pays avec 28 sièges. Les Vert’libéraux glanent aussi 9 sièges supplémentaires, à 16 au total, grâce à une progression de 3,3 points.

A gauche, le Parti socialiste a perdu 4 sièges par rapport à 2015, et emporté 39 sièges, bien qu’il reste à la deuxième place.

Quand au parti démocrate-chrétien (PDC), il reste stable, à 12%, mais passerait pour la première fois derrière les Verts à la Chambre basse.

Concernant le Conseil des Etats (chambre haute du parlement), 24 des 46 sénateurs ont été élus au premier tour, à savoir 8 PDC, 7 PLR, 3 PS, 3 UDC, 2 Verts et un indépendant. Il y aura des deuxièmes tours dans 14 cantons.

Quelque 5,5 millions d’électeurs étaient appelés à participer à ce scrutin législatif pour renouveler leur parlement (conseil national et conseil d’Etat). Les 200 conseillers nationaux (Chambre basse) sont élus à la proportionnelle, tandis que les 46 conseillers aux Etats (Chambre haute) sont désignés selon un système majoritaire à deux tours.

Depuis 1959, les principaux partis du pays – UDC, PS, PLR et le PDC – se partagent les postes du gouvernement selon le système dit de la “formule magique”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer