Le Premier ministre suédois, Stefan Löfven, a opéré un remaniement partiel de son gouvernement avec la nomination de trois nouvelles ministres à l’ouverture mardi du parlement monocaméral (Riksdag).

Ann Linde (57 ans), jusqu’ici ministre du Commerce extérieur, hérite désormais comme prévu du portefeuille des Affaires étrangères en remplacement de Margot Wallström qui a annoncé son départ vendredi dernier.

Eva Nordmark, responsable de l’organisation syndicale des cols blancs suédois, TCO, est nommée ministre de l’Emploi, en remplacement de Ylva Johansson, qui deviendra Commissaire aux affaires intérieures de l’UE.

Enfin, Anna Hallberg, ancienne vice-présidente de l’organisation d’investissement publique Almi, remplacera Mme Linde en tant que ministre du Commerce.

Dans son discours à l’ouverture du Riksdag, M. Löfven a réitéré son engagement à renforcer la capacité de la Suède à faire face à un monde en mutation et à transmettre une “société durable, sûre et égale” aux générations futures.

“Notre pays – caractérisé par la beauté naturelle, l’ouverture et le travail acharné – a d’énormes possibilités. Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous pourrons réaliser le potentiel de la Suède”, a-t-il dit à l’adresse des députés.

Le leader social-démocrate, revenu au gouvernement en janvier après 131 jours de négociations postélectorales épuisantes qui se sont terminées après la conclusion d’un accord entre les libéraux du centre, a souligné l’importance de rechercher un large consensus.

Sur la place de la Suède dans le monde et au sein de l’Union européenne, il a réaffirmé l’engagement de son gouvernement en faveur d’un “commerce libre, durable et équitable”, soutenant que le Brexit “accentue la nécessité d’une action suédoise active et offensive dans l’UE”.

Il a ajouté qu’il continuerait à travailler pour que le Royaume-Uni quitte l’UE “de manière ordonnée”, tout en précisant que la Suède était également prête à faire face à un Brexit sans accord.

Bouton retour en haut de la page
Fermer