Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, pourrait se rendre en Corée du Sud pour un sommet spécial de l’ASEAN en novembre prochain, en fonction des progrès des négociations sur la dénucléarisation avec les États-Unis, a annoncé le Service national sud-coréen de renseignement (NIS).

Le NIS a fait cette annonce lors de sa réunion à huis clos avec les législateurs, alors que les États-Unis et la Corée du Nord semblent sur le point de reprendre leurs discussions sur le nucléaire, a rapporté l’agence de presse sud-coréenne, Yonhap.

La Corée du Sud envisage d’inviter Kim Jong-un à participer en tant qu’observateur au sommet de la Corée du Sud et de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) prévu du 25 au 26 novembre dans la ville portuaire de Busan, dans le sud du pays.

“Selon les progrès des discussions sur la dénucléarisation, le président Kim pourrait se rendre à Busan”, a indiqué le NIS.

Le NIS a déclaré que Washington et Pyongyang devraient reprendre les négociations au niveau opérationnel dans deux ou trois semaines, ajoutant que si les deux parties parviennent à un accord lors des prochains pourparlers, le président américain, Donald Trump et le dirigeant nord-coréen pourraient tenir leur troisième sommet cette année.

Donald Trump et Kim Jong-un ont convenu de tenir des discussions sur le nucléaire au cours de leur réunion surprise à la frontière inter-coréenne à la fin du mois de juin. La réunion a eu lieu après leur deuxième sommet au Vietnam, en février, qui s’est soldé par un échec.

Depuis lors, les négociations sont au point mort. Mais Donald Trump a déclaré la nécessité d’une “nouvelle méthode” dans le dialogue avec Pyongyang, des propos accueilli avec satisfaction la semaine dernière par Pyongyang.

Bouton retour en haut de la page
Fermer