Le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères et la sécurité, Josep Borrell, a fait part de la vive préoccupation de l’UE par la “grave” situation humanitaire dans le nord-ouest de la Syrie, où l’intensification des opérations militaires a fait des centaines de morts parmi les civils.

“Les attaques se poursuivent contre les civils dans des zones densément peuplées, des installations médicales et des zones d’installation pour les personnes déplacées”, a déploré M. Borrell lors d’un débat au Parlement européen, relevant qu'”il s’agit de violations flagrantes et graves du droit international humanitaire”.

Chaque jour, de plus en plus de Syriens fuient les combats, a-t-il souligné, rappelant que depuis le début des opérations militaires à Idlib en février 2019, plus d’un million de personnes ont été déplacées vers la Turquie.

“Après près d’une décennie de violence, les souffrances du peuple syrien doivent cesser. Trop de gens sont morts et ceux qui sont en vie sont confrontés à un avenir sombre”, a ajouté M. Borrell.

Le chef de la diplomatie de l’UE a, par ailleurs, mis en garde que les affrontements armés au nord-ouest de la Syrie pourraient “déclencher un conflit régional plus large”, insistant qu’il ne peut y avoir de solution militaire au conflit syrien.

“Seule une solution politique globale et inclusive, conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies, permettrait d’instaurer une paix et une stabilité durables en Syrie et dans la région”, a-t-il ajouté.

Bouton retour en haut de la page
Fermer