Le chef de la diplomatie canadienne François-Philippe Champagne a annoncé sa participation à un Forum sur le développement durable en Afrique prévu en Égypte, une visite qu’il entend mettre à profit pour mobiliser l’appui des pays du continent en faveur de la candidature du Canada au Conseil de sécurité de l’ONU.

Le déplacement de M. Champagne intervient au plus fort de la course pour les sièges de l’organe exécutif des Nations Unies, écrit le journal La Presse, notant que c’est la première fois en trois ans qu’un ministre canadien des Affaires étrangères foulera le sol africain pour une visite officielle.

“A six mois du vote pour un siège d’Etat membre non permanent au Conseil de sécurité, ce sera l’occasion de faire valoir la candidature du Canada qui  veut se présenter comme un partenaire de choix pour les pays africains au Conseil”, a déclaré le ministre à la publication.

“La planète, c’est un grand terrain de jeu, alors on doit établir des priorités. Moi, je renoue avec le continent africain”, a-t-il affirmé, soulignant l’attention particulière que l’exécutif accorde désormais à l’Afrique et à la Francophonie.

Le ministre ne s’est toutefois pas exprimé sur les chances de victoire de son pays contre des rivaux comme la Norvège et l’Irlande lors du vote de juin prochain.

Le pays nord-américain brigue un siège non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, pour un mandat de deux ans à partir de 2021. Pour remporter l’un des deux sièges en lice pour cette zone, il est nécessaire d’obtenir les deux tiers des voix, soit 128.

Des 193 États membres de l’ONU, 54 sont en Afrique. L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), qui regroupe une majorité de pays africains, s’est récemment rangée derrière Ottawa, mais l’appui est non contraignant, le vote étant de toute façon secret, selon la publication.

Placé sous le signe de “la paix, la sécurité et le développement durable en Afrique”, le Forum d’Assouan programmé les 11 et 12 décembre réunira des dirigeants africains et des partenaires stratégiques, notamment des représentants des gouvernements du Canada, du Japon, de la Suède et du Royaume-Uni.

Les discussions porteront sur la paix, la sécurité et le développement en Afrique, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères, relevant que M. Champagne profitera de l’occasion pour affirmer l’engagement ferme d’Ottawa à “collaborer avec les partenaires africains de façon soutenue et significative”.

Le succès d’Ottawa dans ses démarches pour remporter le siège convoité, lui permettrait de mettre fin à une longue absence au sein de l’organe onusien en charge de la paix et la sécurité internationales, qui date de la fin de son mandat de 1999-2000.

Le Conseil de sécurité est composé de cinq membres permanents dotés de droit de veto (Chine, Etats-Unis, Russie, France et Royaume-Uni) et de dix membres non permanents élus pour une période de deux ans par l’Assemblée générale.

Bouton retour en haut de la page
Fermer