Une année s’est écoulée depuis que le premier contingent d’assujettis a rejoint les différents centres de formation militaire à travers le territoire national, dans le cadre de la reprise par le Royaume du service militaire. Cette année aura été un événement exceptionnel à tous les niveaux dans la vie de ces jeunes hommes et femmes, qui ont travaillé dur pour acquérir de nouvelles compétences professionnelles et renforcer leur sentiment d’appartenance à la Patrie.

Composé de 15.362 jeunes femmes et hommes, ce premier groupe a vécu depuis le 1er septembre 2019 des expériences de vie inédites, qui laisseront sans nul doute gravés dans leurs mémoires de bons souvenirs de cette période qu’ils ont passée dans les différentes unités des Forces Armées Royales (FAR).

Pour ces jeunes de 19 à 25 ans, qui ont vécu une année entière loin de la convivialité et de la chaleur familiales, le service militaire a été une étape décisive de leur vie qui leur a permis de renforcer leur confiance en soi et leur ouverture à de nouveaux horizons, comme elle a consolidé leur attachement à l’identité et aux constantes enracinées de la Nation.

Dès les premières phases de sélection, ce premier contingent, choisi de toutes les régions du Royaume et des différentes classes de la société, a fait preuve d’un grand enthousiasme et d’une grande passion à découvrir de visu le travail des FAR, dont l’accès était un rêve d’enfance pour un grand nombre d’entre eux.

Fait révélateur de cet engouement pour le service militaire : la postulation de 70.701 volontaires, dont 24.000 filles, sur les 80.000 recensés lors de l’opération de présélection, ce qui a amené à augmenter le nombre des appelés de 10.000 à 15.000, sur ordre de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Chef Suprême et Chef d’État-Major général des FAR.

Par ailleurs, 32.140 personnes n’ont pas été retenues pour diverses raisons : 21.851 pour poursuite d’études, 7.745 pour soutien de la famille et 2.217 pour inaptitude temporaire ou permanente. Pour réussir ce processus de présélection, les FAR ont mobilisé 82 médecins militaires pendant une période d’une semaine, au sein des commissions provinciales.

En ce qui concerne l’opération d’incorporation, 25.808 assujettis ont été convoqués, dont 15.362 ont été sélectionnés pour effectuer le service militaire, contre 6.439 personnes non retenues, parmi lesquelles 87% étaient inaptes temporairement ou définitivement.

Au cours de cette opération exceptionnelle, les Forces Armées Royales ont déployé 17 équipes, à raison de 2 à 4 médecins militaires par équipe, assistés par les médecins relevant du ministère de la Santé et par un staff paramédical des FAR.

Ainsi, les appelés, femmes et hommes, ont reçu, au cours des douze derniers mois, une formation militaire exemplaire, fondée sur l’esprit de responsabilité, d’autonomie et de renforcement du sentiment d’appartenance à la patrie, en plus des compétences techniques et professionnelles qui correspondent à leurs potentialités et leurs aspirations.

Ils ont également acquis les valeurs de patience, de discipline, de courage, d’engagement, de responsabilité et de respect des institutions, tout en bénéficiant d’un encadrement aux niveaux éthique, psychologique et moral qui leur a permis d’accomplir sereinement cette expérience.

Les FAR ont également mis à leur disposition toutes les infrastructures, les cadres d’enseignement et les ressources pédagogiques nécessaires pour assurer le plein succès à ce processus qui a été lancé à l’initiative de Sa Majesté le Roi.

En effet, le parcours du premier contingent s’est déroulé, au cours de cette aventure exceptionnelle, en deux grandes étapes, dont la première a consisté en une formation commune de base (formation militaire) d’une durée de 4 mois, qui a bénéficié à 14.947 appelés, dont 1.009 femmes, catégorisés selon leur niveau scolaire.

Pour ce qui est de la deuxième étape, dite de spécialisation (formation professionnelle), menée dans des conditions exceptionnelles en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, 14.768 assujettis ont suivi, selon leurs profils, en plus d’une instruction militaire complémentaire, une formation professionnelle dans 64 spécialités différentes : agent de prévention et de surveillance, aide moniteur de sport, technicien d’espace vert, informatique, mécanique et électricité auto, maçonnerie, menuiserie, restauration, aide-soignant, assistante d’accueil ou encore couture et coiffure, entre autres.

Cette phase de spécialisation s’est déroulée dans les différentes unités des FAR, la formation des formateurs dans certaines spécialités ayant été assurée par l’Office de la Formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT).

Au terme de ces deux formations, 14.449 appelés, dont 1.001 de sexe féminin, ont accompli effectivement le service militaire et libérés le 31 juillet dernier, conformément aux dispositions de la loi 44-18.

L’une des principales caractéristiques ayant distingué le service militaire dans sa nouvelle formule aura été le taux de participation inédit des femmes, depuis le stade de présentation du formulaire de recensement pour accomplir ce devoir national. Cette forte mobilisation de la femme marocaine reflète la culture marocaine de parité et d’égalité en droits et en devoirs entre les deux sexes.

Après avoir reçu une formation professionnelle appropriée tout au long de cette année, un nombre important d’assujettis ont pu rejoindre les rangs des FAR, puisque 319 appelés, dont 24 femmes, ont réussi le concours des élèves sous-officiers dans les différentes armes et services des FAR, y compris dans la Gendarmerie Royale.

Dans la catégorie des soldats de réserve, 3.374 appelés volontaires sont convoqués par tranche pour subir une contre visite médicale, des tests de laboratoires et sérologiques, en prévision de leur incorporation dans les rangs des FAR et des Forces Auxiliaires, dans le cadre d’une opération qui prendra fin mi-novembre prochain.

Grâce à cette expérience, ce premier contingent parviendra certainement à s’intégrer facilement dans le tissu socio-économique national, au moment où le Royaume pourra se doter d’une base de forces de réserve afin d’y recourir si nécessaire pour contribuer à la défense de la Patrie et faire face à tous les défis sécuritaires et aux catastrophes naturelles.

Bouton retour en haut de la page
Fermer