Le Maroc fait partie des pays les mieux placés pour affronter une crise sanitaire, selon la Banque africaine de développement (BAD).

“L’indice mondial de sécurité sanitaire 2019 place le Maroc à la 68e place sur 195 pays et à la 4e place en Afrique. C’est donc un des pays les mieux placés pour affronter une crise sanitaire”, indique la BAD dans un supplément à son rapport annuel “Perspectives économiques en Afrique 2020”, rendu public mercredi.

Le secteur de la santé est suffisamment préparé pour traiter les patients malades et pour protéger les travailleurs de la santé, ajoute l’institution financière basée à Abidjan, ajoutant que, de plus, le Maroc a rapidement mis en place un Fonds spécial Covid–19 qui lui a permis d’acquérir rapidement des kits de dépistage et d’équipement.

“Grâce à des subventions spécifiques, les entreprises marocaines ont augmenté la production de masques pour satisfaire la demande nationale et ont exporté les excédents. Le port du masque est désormais obligatoire”, poursuit le document.

Passant en revue plusieurs mesures prises par le Maroc pour faire face à la pandémie, la BAD souligne que des hôpitaux de campagne ont été installés avec le soutien de l’armée et que le Comité de veille économique a créé des filets de protection sociale qui comprenaient le versement mensuel de 2.000 dirhams (environ 203 dollars US) aux employés des entreprises en difficulté et une assistance mensuelle directe allant de 800 à 1.200 dirhams (entre 81 et 216 dollars US) pour les travailleurs des secteurs informels.

Les mesures de soutien en faveur des entreprises les plus petites comprennent la suspension des paiements de sécurité sociale du 1e mars au 30 juin, un moratoire sur les prêts bancaires et le remboursements des baux jusqu’au 30 juin, outre l’établissement de lignes de crédit pour les entreprises en difficulté avec un soutien gouvernemental allant jusqu’à 95 % à un taux d’intérêt indexé sur le taux directeur de la Banque centrale.

La BAD rappelle également la suspension du paiement des taxes pour les entreprises ayant déclaré moins de 20 millions de dirhams de ventes brutes en 2019 et la suspension des droits de douanes sur les importations de blé tendre jusqu’au 15 juin.

Bouton retour en haut de la page
Fermer