La transformation du Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) en Agence nationale de la sécurité routière (ANSR) est une étape importante dans la gestion du chantier de la sécurité routière, a affirmé, mercredi à Rabat, le Secrétaire d’État auprès du ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, chargé du transport, Mohamed Najib Boulif.

Dans une déclaration à la MAP, M. Boulif, qui a présidé les travaux de la 70è session de l’assemblée générale du CNPAC, a indiqué que cette réunion a été l’occasion pour discuter des moyens de faciliter le passage vers l’ANSR et la mise en œuvre de la stratégie de cette nouvelle structure.

S’exprimant à l’ouverture de cette session, M. Boulif a mis en avant l’importance de cette réunion, l’avant dernière AG avant le passage à la nouvelle structure du Comité, estimant que malgré les efforts déployés par les différents acteurs, notamment le CNPAC, le nombre des accidents de la circulation restent élevé.

Il a en outre déclaré que les indicateurs de sécurité routières vont s’améliorer dans les mois à venir, à la faveur de l’acquisition de nouveaux radars, dont le nombre était jugé insuffisant entre juin 2018 et avril 2019.

Pour sa part, le directeur de l’Agence nationale de la sécurité routière (ANSR), Benaceur Boulaajoul, a souligné l’expérience pionnière de quatre décennies du CNPAC, particulièrement en matière de sensibilisation des citoyens et des usagers de la route.

“L’expérience marocaine a inspiré plusieurs pays dans la gestion de la sécurité routière et le financement nécessaire pour la mise en œuvre des politiques en la matière, une expérience qui sera cristallisée dans le cadre de la nouvelle agence, à partir de 2020”, a t-il indiqué.

Boulaajoul a affirmé que la loi n°103.14 portant création de l’Agence nationale de sécurité routière détermine toutes les missions et les métiers de la sécurité routière, sous l’égide d’une seule entité, faisant état de la baisse annuelle de 1,73% du nombre d’accidents mortels, qui est passé de 3.636 en 2011 à 3274 en 2017, et le nombre de décès de 4.222 à 3.726 au cours de la même période.

L’AG du CNPAC a été marquée par l’approbation du procès-verbal de la soixante-neuvième session, la présentation du projet du rapport sur les activités et les comptes du Comité au titre de 2018 et du rapport d’audit, ainsi que la discussion et l’adoption des décisions proposées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer