Les Marocains ont signé au cours de 2019 des performances exceptionnelles dans plusieurs compétitions et concours arabes et internationaux, en remportant des prix prestigieux qui ont fait retentir le nom du Maroc dans le monde entier comme une terre d’innovation, d’excellence et de haute performance.

De la science et de la technologie à la poésie et la littérature, en passant par la médecine et les inventions, les Marocains ont été de sérieux concurrents dans des compétitions arabes et internationales, où ils ont occupé des rangs avancés et surclassé les participants des différents pays.

L’une de ces réalisations a été l’œuvre du professeur Rachid Yazami qui a raflé le Prix de l’investisseur arabe (Arab Investor Award), dans la catégorie “Green Application”, récompensant les réalisations distinguées des particuliers et des entrepreneurs dans le domaine de l’investissement durable et qui vise à encourager les investissements et les innovations futurs dans le monde arabe et ailleurs. La récompense a été décernée lors d’une cérémonie tenue au siège de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) à Paris.

Une autre performance a été l’œuvre, cette fois-ci, d’une équipe d’étudiants de la Faculté de médecine et de pharmacie d’Oujda qui ont été primés lors de la compétition internationale de simulation médicale (SIMCUP), organisée par l’Association européenne de médecine d’urgence en octobre dernier dans la capitale tchèque, Prague.

L’idée de la compétition est basée sur un exercice médical dans lequel les étudiants en compétition sont confrontés à une urgence réelle mais simulée qui nécessite une grande maîtrise et une grande précision sans mettre en danger la vie du patient concerné, un exercice durant lequel les étudiants marocains ont fait preuve d’une maîtrise et d’une précision sans égale et qui leur ont valu d’être qualifiés par le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, qui les a accueilli, de “meilleurs ambassadeurs qui ont honoré le Royaume et démontré une grande capacité dans le domaine de leur formation”.

Toujours dans le domaine de la médecine, le Marocain Youssef El Azzouzi a remporté le titre de “meilleur inventeur arabe” au terme de la 11ème saison de l’émission “Stars of Science”, diffusée sur la télévision du Qatar et ce, grâce à son invention conçue pour venir en aide aux patients atteints d’insuffisance cardiaque congestive et leur permettre de mener une vie normale. Le jeune inventeur marocain s’est imposé face à des concurrents d’Oman, d’Irak, du Qatar, du Soudan, de l’Algérie, de la Tunisie et de la Jordanie.

Un autre inventeur marocain a réalisé une belle performance en 2019. Il s’agit du jeune Majid El Bouazzaoui qui a remporté le Grand Prix des inventions “iCAN 2019”, tenu à Toronto au Canada avec la participation de 50 pays. L’invention primée du jeune marocain résout un problème dans l’exploitation des réseaux de télécommunications à travers la 5G et autres technologies futures, au niveau de la numérisation de données à transmettre, qui est la première étape dans le processus de communication entre deux utilisateurs, car les informations ne sont pas disponibles au format numérique dans l’environnement réel (voix, images, température et autres grandeurs physiques).

La chercheuse Karima El Azhary, doctorante à l’École Mohammadia des ingénieurs de Rabat a, elle aussi, hissé le drapeau du Maroc dans un forum scientifique international en Allemagne grâce à ses recherches portant sur l’isolation des bâtiments, l’architecture bioclimatique, l’efficacité énergétique et la durabilité. Ses travaux ont été primés avec 25 autres participants dans le concours “Green Talents Awards 2019”, organisé par le ministère allemand de l’Enseignement et de la recherche scientifique et qui a connu la participation de plus de 1.000 chercheurs en provenance de 97 pays.

Ces succès remarquables dans le domaine scientifique ont été réalisés parallèlement dans les arts et la littérature, en particulier lors de concours arabes.

Ainsi, le poète marocain, Mohamed Arij a, encore une fois, brillé en remportant le 1er prix de la 4ème édition du concours “Katara” de poésie sur le Prophète (catégorie Al Fasih). Le poète marocain a été primé après deux phases de qualification avec son poème “Maintenant je choisis ma caverne”.

Dans le roman, l’écrivain marocain Mohamed El Maazouz a dignement représenté le Maroc lors de la 12ème édition du prestigieux Prix international de la fiction arabe (Booker) et dont le roman “Bi Ayyi Dhanbin rahalat?” (What sin caused her to die?) a accédé à la short-list qui comprend six romans.

Le professeur à la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Mohammed V de Rabat, Abdelali Oudghiri, a, de son côté, été primé, ex-aequo avec l’Égyptien Mahmoud Fahmi Hijazi, du 41ème prix international du Roi Fayçal de la langue et littérature arabes Il a mérité cette récompense pour “l’originalité et la qualité de ses travaux scientifiques et son souci de promouvoir et de défendre la langue arabe face à l’influence dialectale et étrangère”, selon le secrétaire général du prix, Abdelaziz Assabil.

En outre, l’élève marocaine, Fatimazahra Akhiar (15 ans) a fait sensation lors de la 4ème édition de l’Arab Reading Challenge (Défi de la lecture arabe), organisée à Dubaï, aux Emirats Arabes Unis, par la Fondation internationale Mohammad Bin Rashed Al Maktoum, en se qualifiant, avec quatre autres candidats, pour le dernier tour de ce concours qui célèbre la lecture. La jeune marocaine a fait montre d’une grande capacité de lecture, d’analyse et de diction qui lui ont valu l’admiration du jury et du public dans le monde arabe, consacrant ainsi la présence du Maroc dans la finale, en particulier après que sa compatriote, Maryam Amjoun, a remporté le Challenge de 2018.

Un autre domaine dans lequel les Marocains excellent est la déclamation du Saint Coran. L’année 2019 a été marquée par la distinction de plusieurs jeunes filles marocaines, à savoir Chaimae Zaroual, Sara El Hili et Salma Sahsah qui ont gagné les trois premières places du prix “Déclamation du Saint Coran et ses sciences” lors de la 5ème édition de ce concours à Abou Dhabi.

Plusieurs autres Marocains ont honoré leur pays dans des concours internationaux en 2019, dont la pianiste, Nour Ayadi, la première femme à remporter le prestigieux Prix “Cortot” de piano (juin 2019), l’ingénieur Ibrahim Abou Alabbas qui a raflé le prix de la Commission de l’éducation et de la communication de l’Union internationale de la conservation de la nature (IUCN) en juin à Monastir, en Tunisie, le chercheur Mohamed Daoudi qui s’est illustré en décrochant le prix “Abdul Hameed Shoman pour les chercheurs arabes 2019” dans le domaine des sciences de l’ingénierie et Abdellatif Belamkadam, dont le projet “Together/Ensemble” a gagné le 1er prix du Sommet mondial sur la société de l’information qui présente une plate-forme numérique de qualification et de formation des jeunes à travers l’intégration de la technologie, le contenu numérique et l’intelligence artificielle.

Bouton retour en haut de la page
Fermer