Le sénateur Bernie Sanders, candidat à la Maison Blanche pour 2020, a publié lundi un plan visant réviser radicalement les lois relatives aux contributions électorales, prévoyant notamment l’interdiction des dons des lobbyistes fédéraux et des entreprises ainsi que le remplacement de la Commission électorale fédérale (FEC) par une nouvelle agence pour appliquer les réformes.

Le plan du sénateur du Vermont fait écho à sa propre campagne financée par les donateurs de la base (grassroot), dans laquelle il s’est engagé à ne pas accepter d’argent provenant de Comités d’action politique (PAC).

Sa campagne a déclaré que le plan mettrait fin à “l’influence corruptrice et nourrie par la cupidité des entreprises sur les élections, la Convention du parti national et les inaugurations présidentielles”.

“Les travailleurs de tout le pays s’identifient à ce message et exigent une révolution politique par le biais de leurs petits dons. Lorsque nous remporterons l’investiture démocrate et que nous vaincrons Donald Trump, nous transformerons notre système politique en rejetant l’influence des grosses sommes d’argent des entreprises”, a souligné M. Sanders dans une annonce.

M. Sanders, qui est convalescence chez lui au Vermont après avoir souffert d’une crise cardiaque en pleine campagne électorale, appelle également à un amendement constitutionnel qui “précise que l’argent n’est pas un discours et que les entreprises ne sont pas des personnes”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer