L’ambassadeur, Représentant permanent du Maroc à l’ONU, Omar Hilale, a affirmé jeudi que la décolonisation du Sahara marocain a été définitivement scellée avec l’accord de Madrid en 1975 et son approbation par l’Assemblée générale des Nations-Unies.

Intervenant lors d’un évènement parallèle virtuel organisé par l’Afrique du Sud, la Russie et le Vietnam pour commémorer le 60-ème anniversaire de l’adoption de la résolution historique 1514 de l’Assemblée générale, aussi connue sous le nom de “Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et peuples coloniaux”, M. Hilale a déclaré que la question du Sahara marocain constitue une question d’intégrité territoriale du Maroc et non d’une soi-disant question de décolonisation.

L’ambassadeur a également fait observer que la mise en œuvre de l’autodétermination, telle que prévue par la résolution 1514, reste encadrée par “un principe fondamental”, à savoir celui de l’intégrité territoriale inscrit dans la Charte des Nations-Unies.

M. Hilale a ainsi souligné l’importance d’aller au-delà de “l’interprétation limitée et bornée” de l’autodétermination et des “idéologies d’indépendance rétrospectives” datant de l’époque de la guerre froide, et de s’ouvrir à de nouvelles formes d’autodétermination, qui permettent aux populations de jouir pleinement de leurs droits, de leur développement et de leur bien-être.

“A cet égard, l’autonomie, qui s’exprime à travers la démocratie locale, la participation économique, la préservation et la promotion des identités tribales, linguistiques et culturelles, permet, dans plusieurs situations, de dépasser le statu quo, de cultiver la paix, de sortir de la stagnation et de favoriser la confiance et la réconciliation”, a expliqué l’ambassadeur.

M. Hilale a aussi rappelé que l’adoption, il y a 60 ans, de la résolution 1514 s’inscrivait dans un contexte particulier, marqué par un mouvement mondial pour l’indépendance dans les années 50 et 60. Dans le même temps, cette résolution a consacré le principe sacro-saint du respect de l’intégrité territoriale des États membres, inscrit dans la Charte des Nations Unies.

Regrettant certaines lectures idéologiques et sélectives, M. Hilale a précisé que cette résolution ne porte pas uniquement sur l’autodétermination mais également sur le respect de l’intégrité territoriale, l’unité et la souveraineté des Etats. Il a fait observer, à cet égard, que le paragraphe 6 de cette résolution stipule que «toute tentative visant à perturber partiellement ou totalement l’unité nationale et l’intégrité territoriale d’un pays est incompatible avec les buts et principes de la Charte des Nations Unies».

Plus encore, l’article 7 de la Déclaration souligne qu’elle doit être mise en œuvre «sur la base de l’égalité, de la non-ingérence dans les affaires intérieures de tous les États et du respect des droits souverains de tous les peuples et de leur intégrité territoriale», a-t-il poursuivi.

M. Hilale a également souligné que la résolution 1514 ne doit pas être lue isolément, car elle fait partie d’une nomenclature complète des Nations Unies. En fait, elle a été immédiatement suivie, le lendemain, par l’adoption de la résolution 1541, qui est venue répondre aux préoccupations des États et éviter le recours aveugle à certaines des dispositions de la résolution 1514.

À cet égard, la résolution 1541 détermine clairement dans son principe IV ce qu’est un territoire non autonome en déclarant: “À première vue, il y a une obligation de transmettre des informations en vertu de l’article 73 e de la Charte des Nations-Unies concernant un territoire géographiquement séparé et distinct sur le plan ethnique et / ou culturel du pays qui l’administre”, a noté l’ambassadeur.

‘”Cela signifie clairement et légalement que les territoires qui constituent une continuation géographique d’un État membre et font partie de sa composante ethnique et culturelle ne sont pas et ne peuvent pas être considérés comme un territoire non autonome, mais comme faisant partie intégrante d’un État membre”, a-t-il affirmé.

À ce titre, l’Assemblée générale a clairement déterminé que les populations qui ne relèvent pas des paramètres du principe IV, ne sont pas soumises aux dispositions de l’article 73 de la Charte des Nations-Unies et ne sont donc pas soumises à l’application du droit à l’autodétermination, conformément à l’article 73, a argumenté M. Hilale.

Et d’ajouter que dix ans plus tard, l’Assemblée générale a adopté la résolution 2625, qui constitue le texte qui rend opérationnelle la résolution 1514. En effet, la 2625 a réitéré la condamnation de la sécession, en précisant que l’autodétermination ne peut être interprétée “comme autorisant ou encourageant toute action, quelle qu’elle soit, qui démembrerait ou menacerait totalement ou partiellement l’intégrité territoriale ou l’unité politique de tout Etat souverain et indépendant”.

“Ces trois résolutions ont codifié l’autodétermination et fourni des garanties claires et sans ambiguïté, afin d’éviter des interprétations étroites de l’autodétermination et de garantir que sa mise en œuvre ne compromette pas l’intégrité territoriale des Etats, ni ne démantèle leurs territoires”, a fait valoir l’ambassadeur.

M. Hilale a aussi noté qu’au fil des ans, l’autodétermination a évolué, tant dans sa dimension juridique que dans la pratique des Nations-Unies, tout comme d’autres principes et droit positif qui se sont développés de manière similaire au fil du temps.

“60 ans après l’adoption de la 1514, nous constatons que dans la pratique également, la mise en œuvre de l’autodétermination a connu des développements majeurs”, a-t-il fait remarquer, soulignant que ce principe a aujourd’hui acquis la fonction de démocratiser les États-nations par l’autonomie, des élections libres et régulières, afin d’éviter la balkanisation et garantir la paix et la stabilité régionales et internationales.


 

Par ailleurs, M. Hilale a rappelé le rôle historique et actif joué par le Maroc dans la décolonisation du continent africain.

En effet, le Maroc a soutenu la libération de nombreux pays frères du continent, a relevé l’ambassadeur, en rappelant que la Conférence de Casablanca, accueillie par Feu Sa Majesté Mohammed V, avec la participation de dirigeants africains en 1961, a été le prélude de l’indépendance de nombreux pays africains et de la création de l’organisation panafricaine de l’unité africaine.

Réagissant à certaines références biaisées sur la question du Sahara marocain, M. Hilale a affirmé qu’il s’agit bel et bien d’une question d’intégrité territoriale du Royaume du Maroc et non d’une soi-disant question de décolonisation.

“La décolonisation du Sahara a été achevée par la négociation de l’accord de Madrid depuis 1975 et son approbation par la résolution de l’Assemblée générale”, a rappelé l’ambassadeur.

“Le référendum est mort et définitivement enterré depuis deux décennies. Sa mort a été déclarée par l’ancien Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, dans son rapport au Conseil de sécurité, attestant l’impossibilité de l’organiser”. Soulignant que cet acte de décès du référendum a été confirmé par une épitaphe du Conseil de sécurité qui a banni toute référence au référendum dans toutes ses 34 résolutions depuis 2001″

Et d’affirmer à cet égard que le processus politique reste le seul moyen d’atteindre ce que le Conseil de sécurité considère comme une solution politique réaliste, pragmatique, durable et de compromis.

“La seule solution à la question du Sahara marocain est l’initiative d’autonomie présentée par le Maroc en 2007, dans le cadre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Maroc, et qui a déjà été discutée lors de la dernière table ronde” de Genève, a tenu à rappeler le diplomate marocain.

Évoquant le développement socio-économique que connaissent les Provinces du Sud du Royaume, M. Hilale a fait observer que la région du Sahara marocain enregistre le taux de développement le plus élevé de toutes les 12 régions du Maroc et de son voisinage. Des méga projets de développement sont en cours avec plus de 8 milliards de dollars, a-t-il dit.

Il a aussi noté que la population du Sahara élit démocratiquement ses représentants au Parlement marocain et dans les organes de la région, qui gèrent désormais leurs propres affaires et gouvernent la région.

En ce qui concerne les droits de l’Homme, leur protection et leur promotion sont reconnues dans toutes les résolutions du Conseil de sécurité qui saluent l’action et les avancées du Maroc à cet égard, a fait valoir l’ambassadeur.

Et de conclure que “le Sahara a toujours été marocain, est marocain et restera marocain jusqu’à la fin des temps”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer