Les perspectives de l’économie rwandaise restent “stables”, selon le dernier rapport de l’agence de notation financière “SP Global Ratings” qui relève la note du crédit souverain à long terme du pays est-africain la portant de “B” à “B+”.

Le rapport explique que “les perspectives de l’économie rwandaise demeurent stables en raison d’une croissance du PIB réel supérieure à la moyenne à moyen terme et contrebalancée par l’augmentation de la dette publique”.

L’agence internationale de notation a indiqué que la note du crédit souverain à court terme du pays s’est maintenue à “B”, précisant que celle relative au transfert et à la convertibilité a passé de “B” à “B+”.

En juin dernier, le ministère rwandais de l’Economie a annoncé que le pays a enregistré une croissance de 8,4% au premier trimestre de 2019, en ligne avec les projections du Fonds monétaire international.

Malgré la tendance haussière du taux de croissance et la stabilité des perspectives économiques, SP Global Ratings a averti que le Rwanda pourrait subir des “pressions économiques” dues aux mesures de sécurité et de prévention entreprises pour contrer l’épidémie d’Ebola qui sévit dans la RD Congo voisine.

Les flux et les échanges commerciaux entre les deux pays ont baissé au cours des dernières semaines après les mesures imposées par les autorités rwandaises et congolaises à la frontière entre la ville rwandaise de Gisenyi et celle de Goma en République démocratique du Congo, qui constitue un carrefour commercial important dans la région des Grands Lacs.

Après la découverte de plusieurs cas d’Ebola à Goma, les gouvernements des deux pays ont adopté des stratégies conjointes et des mesures de surveillance et de prévention pour lutter contre cette épidémie et empêcher sa propagation.

Jusque-là, aucun cas d’Ebola n’a été signalé au Rwanda, bien qu’il existe un risque très réel de propagation du virus aux pays voisins, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). En juin, deux cas en provenance de la RDC ont été détectés en Ouganda voisin.

Bouton retour en haut de la page
Fermer