Le produit intérieur brut (PIB) du Rwanda a enregistré une croissance spectaculaire de 11,9% au troisième trimestre de l’année en cours, par rapport à la même période un an auparavant, a annoncé, jeudi à Kigali, l’Institut national des statistiques du Rwanda (NISR).

“Cette croissance robuste a été tirée par les solides performances des secteurs de l’agriculture, de l’industrie et des services qui ont connu une croissance trimestrielle respective de 8%, 13% et de 14%”, a expliqué le directeur général du NISR, Yusuf Murangwa, lors d’un point de presse.

Les services, a-t-il indiqué, restent le premier secteur contributeur à la croissance du PIB avec une part de 49%, devant l’agriculture (27%) et le secteur de l’industrie (17%).

D’autre part, le DG de NISR a fait savoir que les exportations rwandaises ont enregistré une hausse de 8% au troisième trimestre, contre une augmentation de 31% des importations.

Abordant le volet de l’inflation, le responsable a précisé qu’elle s’est située à environ 6,9% en novembre, contre 4,4% en octobre, notant que “ces chiffres sont attribués à une augmentation des prix de certains produits alimentaires”.

Réagissant après l’annonce de NISR, le ministre des Finances et de la Planification économique, Uzziel Ndagijimana, a déclaré que les projections de la croissance annuelle de 8,5% seront maintenues malgré les signes d’une économie encore plus performante.

En 2018, l’économie rwandaise a enregistré une croissance annuelle de 8,6%, dépassant les projections du gouvernement (7,2%). Le PIB a passé à environ 9,10 milliards de dollars, contre 8,4 milliards de dollars en 2017.

Selon l’analyse des économistes locaux, l’économie rwandaise a bénéficié des “immenses progrès” accomplis sur le plan de la bonne gouvernance dont les principes sont désormais ancrés, permettant ainsi une transformation structurelle facilitée par une croissance généralisée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer