Les engagements des banques vis-à-vis des grands risques ont baissé de 1,5% à 363 milliards de dirhams (MMDH) à fin 2019, représentant 2,4 fois leurs fonds propres sur base sociale, contre 2,7 fois en 2018, ressort-il du rapport de Bank Al-Maghrib sur la supervision bancaire au titre de l’exercice 2019.

Sur ce total, les engagements-bilan, totalisant près de 275 MMDH, ont affiché une hausse de 4,2% par rapport à l’année dernière, précise la Banque centrale, ajoutant que les expositions hors bilan, notamment sous forme d’engagements de financement et de garantie ont enregistré une baisse de 11,5% à 85 MMDH.

En excluant l’exposition des banques vis-à-vis de leurs filiales, l’encours des engagements des banques vis-à-vis des grands groupes est ramené à 285 MMDH, représentant 1,9 fois leurs fonds propres sur base sociale.

S’agissant de la répartition sectorielle des grands risques, elle fait ressortir une part de 28% des groupes financiers autres que bancaires, suivis des banques (13%), des bénéficiaires opérant dans le secteur de l’industrie extractive (9%), de l’industrie manufacturière (9%) et de l’énergie (7%).

Sur base consolidée, les engagements des groupes bancaires vis-à-vis des grands risques (bénéficiaire ou groupe de bénéficiaires de crédit dont l’encours est supérieur ou égal à 5% des fonds propres d’une banque) ont baissé de 5,9% à 333 MMDH, représentant 1,8 fois leurs fonds propres, contre 2 fois en 2018. Les baisses observées ont également bénéficié du renforcement des fonds propres prudentiels des banques.

Bouton retour en haut de la page
Fermer