Le volume des transactions courantes a enregistré un recul de 10,7 milliards de dirhams (MMDH) au premier trimestre 2020, sous l’effet de la crise sanitaire de Covid-19, se situant à 251,8 MMDH contre 262,5 MMDH durant la même période en 2019 et 255,3 MMDH en 2018.

Ce repli des transactions courantes intervient pour la première fois en raison de la baisse simultanée des recettes courantes (-6,8 MMDH) et des dépenses courantes (-3,9 MMDH), indique l’Office des changes dans un communiqué sur les résultats des échanges extérieurs à fin mars 2020.

De même, les résultats de la balance des paiements au titre du premier trimestre de l’année 2020 laissent apparaître une hausse du déficit du compte des transactions courantes de 42% s’établissant à -9,8 MMDH contre -6,9 MMDH fin mars 2019.

Cette évolution s’explique tant par l’aggravation des déficits au titre des échanges de biens (-3,1 MMDH) et du revenu primaire (-0,4 MMDH) que par le repli de l’excédent du revenu secondaire (-0,5 MMDH) et ce, en dépit de l’amélioration de l’excédent des services à hauteur de 1,1 MMDH, ajoute l’Office des changes.

Au niveau des investissements internationaux, la position extérieure globale, qui reflète la situation patrimoniale de l’économie marocaine vis-à-vis du reste du monde, fait ressortir une situation nette débitrice de 728,3 MMDH à fin mars 2020, contre -765,5 MMDH à fin décembre 2019 enregistrant ainsi un allègement de son solde de 37,1 MMDH.

Cette situation résulte de la baisse des encours des engagements financiers (-18,9 MMDH) et de la hausse des encours des avoirs financiers (+18,2 MMDH), précise la même source.

La baisse des engagements financiers est conséquente de la régression des encours des investissements directs de 26,5 MMDH et dans une moindre mesure de la baisse des encours des investissements de portefeuille (-3,2 MMDH), explique l’Office, notant qu’en revanche l’encours de la composante “autres investissements” s’accroit de 10,4 MMDH.

Pour sa part, la hausse des avoirs financiers s’explique principalement par l’augmentation de 7,8 MMDH des avoirs de réserve, de +6,8 MMDH des encours de la composante “autres investissements” et de +2,3 MMDH des encours des investissements directs marocains à l’étranger.

Les échanges commerciaux de marchandises sont marqués par une régression, par rapport à la même période de 2019, tant au niveau des importations qu’au niveau des exportations.

De leur côté, les importations ont enregistré une baisse de 4,3% ou -5,3 MMDH au 1er trimestre 2020, passant à 118,4 MMDH contre 123,7 MMDH au titre de la même période de 2019.

De même, les exportations ont diminué de 10,5% ou -8 MMDH atteignant une valeur de 68,3 MMDH contre 76,3 MMDH une année auparavant.

Ainsi, le déficit commercial a atteint 50,1 MMDH contre 47,3 MMDH et le taux de couverture se situe à 57,7% contre 61,7% au titre du premier trimestre 2019.

Bouton retour en haut de la page
Fermer